BLOG 2019

MARS 2019

Jordanie, baby!

 

Me voilà de retour d'une semaine mega chouette en Jordanie avec mon pote Lucas. Après avoir loué une voiture, nous avons arpenté le pays avec deux stops principaux et indispensables: Petra et le désert du Wadi Rum. Nous avons également roulé le long de la Route des Rois, expérimenter un bain dans la mer morte et visité la capitale Amman. 

Je ne vous surprendrai pas en vous disant que c'était génial et qu'on en a pris plein les yeux (et je parle pas que du sable dans le désert).

 

(Les photos arrivent...)

Petra

 

On commence par le plus connu et le plus remarquable, Petra, considérée comme l'une des sept merveilles du monde. Située au sud de la Jordanie, cette ancienne cité nabatéenne est sans surprise l'attraction touristique numéro un du pays. La découverte de l'immense site de Petra commence par le Siq, un chemin étroit et sinueux d'un peu plus d'un kilomètre qui débouche sur le mythique Khazneh, dit le trésor, plus célèbre monument du site dont la façade est taillée directement sur la roche.

L'une des surprises de notre randonnée à Pétra, en plus des incroyables points de vue, est la rencontre pour le moins inattendue de quelques chats au sommet, et notamment un avec qui j'ai sympathisé.

 

Cours de cuisine locale

 

Expérience intéressante après une bonne journée de marche à Petra: un cour de cuisine locale. 

Nous avons donc appris (mais ne me demandez pas de les refaire hein) puis dégusté la soupe de lentilles, le fattoush (salade de crudités), le moutabal (caviar d'aubergines), le houmous, le tabouleh, le galayat bandura et enfin le maglouba (plat traditionnel à base de riz et légumes frits avec de la viande).

Marketing douteux

 

J'ai vu passer cette publicité sur internet concernant une voiture électrique Audi. Jusque là rien d'anormal. Par contre, quand j'ai qu'elle s'appelait "e-tron", j'ai cru que c'était un détournement. Je suis donc allé vérifié l'information et non, non, ce n'est pas une blague, Audi a vraiment appelé sa voiture "e-tron". Pendant toutes les réunions avant de lancer le produit, y a donc personne qui a tilté et qui s'est dit "tiens, peut-être que donner un nom de merde à notre voiture, c'est moyen vendeur". Bravo les gars !

 

 

 

FÉVRIER 2019

The Marvelous Mrs. Maisel

 

La fabuleuse Madame Maisel, ou Madame Maisel, femme fabuleuse, selon les traductions, est un coup de coeur. En même temps, quand une série est superbement écrite, bien réalisée et remarquablement interprétée, ça ne peut donner qu'un petit bijou. Dans le New-York des années 60, Miriam "Midge" Maisel a une vie aussi parfaite que bien rangée. Mais cette dernière va se trouver bouleverser lorsque son mari la quitte et qu'elle se découvre un talent certain pour le stand-up. 

Les Emmy Awards ne se sont pas trompés en décernant (entre autres) à Mme Maisel le prix de la meilleure série comique et la meilleure actrice à Rachel Brosnahan (qui est vraiment exceptionnelle). Non vraiment, il n'y a que du bon: ajoutons que c'est drôle, malin, bourré de charme, avec des seconds rôles croustillants et un New-York du siècle dernier parfaitement reconstitué. 

Foncez!

 

Nouvelle expérience

 

J'avais entendu parler des salles de cinéma qui proposaient un service supplémentaire: le 4DX. Sous ce nom moyennement inspiré se cache une technologie avancée et une expérience cinématographique unique: les sièges bougent en adéquation avec l'action à l'écran (évidemment) ou les mouvements de caméra, des projections d'eau quand les personnages sont sous la pluie, un air ambiant quand ils sont dehors, des petits coups dans le siège quand ils se battent ou des jets d'air quand quelque chose les frôle. Et pour tester cette technologie au coût excessif (20,20€ sans les lunettes 3D), il fallait un film qui en vaille la peine et me tienne à coeur: c'est donc fort logiquement que mon dévolu s'est jeté sur Alita: Battle Angel, adaptation du manga culte de mon adolescence: Gunnm (qu'est-ce que je l'ai adoré ce manga!). 

Au final, cette expérience était plutôt amusante et bien intégrée à Alita mais on resort quand même avec une petite douleur aux fesses (pas si bien installés) et au porte-monnaie. Mais pour Gunnm, ça valait la peine!

 

Surprise !

 

A plusieurs reprises, j'avais vu passer sur internet ces ciels garnis de parapluies, donnant du charme et de la couleur aux rues qu'ils habillaient. Je trouvais l'idée séduisante et avais très envie de découvrir cela de mes propres yeux. Puis j'ai vu passer une photo du genre qui était localisée à Paris, sans plus de détails. Je me mets donc en quête de l'information sur internet, sans succès. 

Quelques jours plus tard, Julien et Pei étant en transition pour quelques heures à Paris, petite balade à Paris et devinez sur quelle rue on tombe au hasard?

Cours de mixologie

 

Expérience originale aujourd'hui puisque le temps d'une heure et demie, j'ai pris un cours d'initiation à la mixologie dans l'excellent bar à cocktails L'ours bar. Deux cocktails au programme dont le Portotatis: rhum ambré, porto, pulpe de passion, sirop de vanille et jus de citron vert. 

Une réussite !

Pose

 

En plein New-York des années 80 et alors que le sida fait rage, Blanca Rodriguez, transexuelle venant d'apprendre sa séropositivité, décide de créer sa propre "maison" et de devenir la "mère" de laissés-pour-compte gays et trans voulant faire carrière dans l'art. Elle les héberge et les guide, tout en essayant d'imposer sa "maison" comme l'une des références de la ball culture. Ces bals justement, sorte de défilés de costumes extravagants et de démarches tapes-à-l'oeil, sont trop présents et donc lassants. Pour le reste, si l'on excepte le jeu de quelques comédiens en dessous, cette série reste intéressante car elle nous fait découvrir une culture underground, un univers flamboyant mais cruel et a le mérite de mettre l'accent sur le T de LGBT, une minorité dont on n'a pas l'habitude de voir jouer les premiers rôles à l'écran.

 

Atelier doublage

 

Cela fait un petit moment que ça me trottait dans la tête, j'ai enfin sauté le pas: je me suis donc inscrit à un atelier d'une journée d'initiation au doublage. Une expérience aussi intéressante que difficile. Reprendre le ton du comédien à un moment précis, terminer sa phrase en même temps, le tout en lisant une bonne passante sans oublier de jouer, c'est plus compliqué qu'il n'y parait. Mais super intéressant !

 

JANVIER 2019

Kidding

 

Une série réalisée par Michel Gondry avec Jim Carrey en comédien principal? Ouh voilà qui s'annonce prometteur! 

Jeff, alias M. Pickles, est présentateur d'une émission culte pour enfants et véritable icône de plusieurs générations. Cet homme est profondément bon et généreux mais un drame familial (la mort d'un de ses enfants) va bouleverser son quotidien et son monde imaginaire derrière lequel il ne veut plus se cacher. 

Kidding est une comédie dramatique comme on en fait rarement, qui allie avec justesse des scènes humoristiques et touchantes, bienveillantes ou cruelles. Le talent incroyable de Jim Carrey y est sûrement pour beaucoup mais pas seulement: les seconds rôles sont justes, l'écriture de qualité et la réalisation réussie (notamment un fameux plan séquence). 

Une belle série donc, juste, touchante, humaine.

 

 

The little drummer girl

 

Voici une image que j'ai vu circuler sur le net et que je trouve très amusante. Elle reflète malheureusement la triste réalité qui veut que l'on propose souvent aux artistes de travailler gratuitement sans que cela choque quiconque. 

The little drummer girl

 

Une jeune actrice anglaise rencontre, lors de vacances en Grèce avec sa troupe de théâtre, un agent israélien qui va l'impliquer dans une mission d'espionnage extrêmement dangereuse et importante durant laquelle elle tiendra le rôle le plus complexe de sa carrière. 

Je trouvais le pitch original et le fait d'aborder le conflit israélo-palestinien dans une série une idée intéressante. Et le fait d'avoir eu de bons échos de The little drummer girl m'a convaincu de donner sa chance à cette série d'une saison de six épisodes réalisée par... Park Chan Wook. Honnêtement, j'ai eu du mal à rentrer dedans, malgré le talent de l'actrice principale Florence Pugh, la faute peut-être à un rythme bancal et des personnages masculins peu intéressants. 

J'ai quand même fini par me prendre au jeu mais dommage que ce soit un peu tardivement.

Exposition Mucha

 

Cette exposition au musée du Luxembourg me faisait de l'oeil depuis un petit moment. Alphonse Mucha est un peinte/illustrateur/affichiste tchèque, fer de lance du style art nouveau. 

Il est particulièrement connu pour ses affiches au style graphique bien à lui (que j'adore), notamment celles des spectacles de la légendaire Sarah Bernhardt ou des champagnes Moët & Chandon. 

En dernière image (ci-dessous), vous remarquerez qu'Alphonse Mucha est peut-être le précurseur du selfie avec bouche en cul de poule.

Samuraï Champloo

 

Cela faisait plusieurs années que Samuraï Champloo me faisait de l'oeil, j'ai enfin pris le temps de visionner cet animé d'une saison de 26 épisodes et créé en 2004. On y suit les pérégrinations d'un trio que tout oppose à la recherche d'un samuraï qui sent le tournesol. J'aurais voulu adorer cette série car elle a d'indéniables qualités (des personnages principaux aussi différents qu'attachants, des combats épiques, un mélange étonnant mais réussi de Japon médiéval avec du hip-hop) mais je l'ai juste bien aimée, la faute à un scénario qui manque de consistance et des passages un peu longuets.

Marketing intelligent

 

Je voulais partager avec vous ce paquet de cigarettes qui fait passer un message de manière humoristique et maline.

Le jus maison

 

Il y a quelques mois, je recevais, à ma demande, un extracteur de jus en cadeau d'anniversaire. L'idée de faire des jus maison me tentait beaucoup mais j'avais quand même un peu peur de me lasser rapidement de devoir nettoyer quotidiennement toutes les parties de la machine. Bon alors effectivement, ce n'est pas passionnant et même un peu chiant mais je tiens le coup et me fait chaque jour un jus de fruits maison. Et c'est teeellement bon, j'en suis ravi! 

 

Festival Nikon 2019

 

Pour la troisième année consécutive, je prends un grand plaisir à participer au festival Nikon, qui est un concours de courts-métrages très réputés, avec une excellente visibilité et une rude compétition. 

Comme d'habitude, les films doivent durer 2min20 maximum et le thème de cette année est le partage. 

Contrairement à ce que je pensais quand le thème a été annoncé, j'ai été particulièrement inspiré cette année et ai écrit 6 courts donc trois ont vu le jour: Je suis scié, Je suis un échange de bons procédés et Je suis le choix de mister Ouaf. J'ai essayé de proposer des "partages" décalés et originaux, voici les films dans les articles ci-dessous:

 

Je suis scié

 

Je suis scié (ou Les deux morceaux de ma femme) est un court-métrage que je rêvais de tourner depuis 10 ans. Le thème du Festival Nikon de cette année, le partage, s'y prêtait parfaitement puisque le film parle d'un magicien qui coupe les gens en deux... et ne les recolle pas, c'était donc l'occasion ou jamais. J'ai écrit le scénario (librement adapté du Magicien d'Hanokh Levin), co-réalisé et co-monté le film avec Michaël Marie et donné la réplique à Aubry Houilliez. Nous avons tourné en une journée au théâtre Pixel et par un froid polaire la deuxième partie. Je suis scié est disponible ici.

 

Et la version légèrement plus longue Les deux morceaux de ma femme est visible ci-dessous:

 

On se tape l'affiche!

 

Dans Je suis scié (qui s'appellera Les deux morceaux de ma femme dans sa version non-Nikon), Vlad le séparateur, le personnage que j'interprète, présente à un spectateur l'affiche de son spectacle de "magie". Et pour créer cette dernière, j'ai fait appel au talent de mon ami Aubry Houilliez (qui interprète d'ailleurs le spectateur). 

On voulait une affiche à l'ancienne, visuellement attrayante et captivante. Voici donc le résultat de son travail, qui me plait énormément.

Le choix de mister Ouaf

 

Après A côté l'année dernière qui a connu un franc succès, on remet le couvert avec Jérôme Piel-Desruisseaux (lui à la réalisation, moi à l'écriture) pour Le choix de mister Ouaf, un court-métrage qui mélange rupture et feel-good movie (si si, c'est possible). Tourné en une journée avec une chouette ambiance dans la super chouette maison de la méga chouette Léa François (qui interprète Morgane), le résultat est disponible sur le site du festival pendant quelques temps ici.

Le film et les photos de tournage sont disponibles ci-dessous:

Un échange de bons procédés

 

Avec Jérôme, on était chauds patate cette année pour le Nikon (et puis on voulait amortir la location du matériel aussi), on a donc enchainé le lendemain du Choix de mister Ouaf avec Un échange de bons procédés, qui propose une situation absurde et du comique de situation. Fabien rend service à un couple d'amis en les aidant à déménager, ils ont une façon bien particulière de le remercier. 

Une journée de tournage bien sympa chez Pitt qui joue dans le film. 

Le court est visible pendant quelques temps sur le site Nikon ici. Le  film et les photos de tournage sont disponibles ci-dessous: 

 

La demande

 

Dernier tournage pour le festival Nikon de cette année, cette fois-ci uniquement en comédien mais avec les copains: Je suis la demande, réalisé par Michaël Marie, avec Pierre-Yves Vaillère (aussi auteur du scénario) et Christel Pourchet. 

J'y joue un serveur parisien très pompeux (et avec la moustache messieurs-dames) et je me suis bien amusé. 

Vous pouvez visualiser le film en version longue ci-dessous:

Soirée GV

 

Comme chaque année début janvier, le George V organise une belle soirée pour son personnel dans l'un de ses grands salons. Et comme chaque année, on mange très bien, on croise les collègues qui se sont mis sur leur 31 et on prend des poses à la con devant le photomaton.

Lobby de luxe

 

Plus que quelques jours pour profiter de la bien chouette décoration hivernale du lobby du George V. Comme d'habitude, c'est classe et impressionnant.