ces jeux

 

 

 

Après mes films, livres et séries préférés, j'ai décidé de me plonger dans la liste des 100 jeux ayant marqués ma vie de gamer. Ce n'est donc pas la liste des 100 meilleurs jeux vidéo de la création, juste ceux avec lesquels je me suis beaucoup amusé. Il manque donc des jeux cultes, sachant par exemple je n'ai jamais possédé la Super Nintendo ou la Playstation (donc oui, pas de Metal Gear Solid, de Final Fantasy VII, etc). De même, j'ai toujours été amateur de jeux au fun immédiat comme les jeux de baston, de sport, d'action, les party-games, les jeux arcade et donc en particulier les jeux multi-joueurs et n'ai donc jamais eu la patience pour des RPG ou jeux d'aventure trop longs (pas de Zelda, de GTA, de Read Dead Redemption, etc). Au niveau des consoles de jeux, je suis passé par la NES, l'Amiga 500, la Megadrive, la Saturn, la Nintendo 64, la Dreamcast, la Playstation 2, le GameCube, la XBox 360, la Playstation 3 et la Playstation 4. Bref, sans plus attendre, voici cette fameuse liste des 100 jeux m'ayant marqués (et une petite page bonus pour les Mentions honorables) ayant loupé cette sélection faute de place:

 

THE ADVENTURES OF BAYOU BILLY 

Support : NES - Année : 1991 - Genre: Action

 

Annabelle, la copine de Billy West, a évidemment été kidnappée par un gang moyennement sympathique et ça, vous vous en doutez, Billy ne va pas le laisser passer. Les jeux Nes ont une saveur particulière puisqu'il s'agissait de ma première console et j'ai de chouettes souvenirs de ce Bayou Billy (dont le nom d'ailleurs, j'aime bien le dire: Bayou Billy): le plus marquant était les combats contre les crocodiles, qui me faisaient peur. Le cadre du jeu se passe en Louisianne et il n'était pas rare de croiser une de ces bestioles dans les points d'eau. L'un des gros points positifs des aventures de Billy West était d'ailleurs sa variété car sur les dix niveaux disponibles, nous avions droit à des phases de beat'em all (les plus fréquentes) mais aussi du shoot'em up en vue subjective et des niveaux de course dans lesquels la jeep de Billy est poursuivie par des ennemis.

ALADDIN 

Support : Megadrive - Année : 1993 - Genre: Plate-formes

 

L'adaptation du dessin animé culte de Disney Aladdin sur Megadrive était exceptionnelle, l'un des meilleurs jeux de plates-formes de la console. Les possesseurs de la console de Sega en tirait d'ailleurs une petite fierté à l'époque de la guéguerre avec la Super Nintendo car cette version était largement supérieure à celle de la rivale. Il était donc hyper agréable de parcourir les dix niveaux du jeu (dont quelques passages funs en tapis volant histoire de varier le gameplay) retraçant les scènes majeures du film, d'autant que les graphismes sont fins et colorés, la jouabilité au poil et l'animation du personnage souple.

ALTERED BEAST 

Support : Megadrive - Année : 1988 - Genre: Action

 

Avec son décor de Grèce antique, Altered Beast a su marquer toute une génération de joueurs et pas seulement parce qu'il est le premier jeu à être sorti sur Megadrive. A l'époque cet univers m'impressionnait: un cimetière, Zeus qui nous ressuscite pour aller sauver sa fille Athèna et des hordes de morts-vivants ou créatures fantastiques, ça en jetait. Heureusement, notre héros peut collectionner des orbes qui le font évoluer physiquement: d'abord en gagnant un peu de muscles puis en doublant carrément de volume pour enfin se transformer en créature dévastatrice (aaaah ces cut-scenes mythiques qui montraient le morphing!). Dans cette dernière forme, on était enfin paré à affronter les boss de fin de niveaux qui nous accueillaient invariablement par ce bon vieux "Welcomme to your doom!". Altered beast, c'est un classique.

BATMAN ARKHAM ASYLUM & ARKHAM CITY 

Support : PS3 - Année : 2009-2011 - Genre: Action

 

Superbe réussite par Rocksteady que cette adaptation vidéoludique de la licence culte Batman. Tout d'abord graphiquement puisque notre héros n'a jamais autant eu la classe et la ville d'Arkham est parfaitement modélisée, sombre et inquiétante comme il se doit. Il y a ensuite le plaisir de jeu immense, que ce soit durant les nombreux combats, bien chorégraphiés et desquels se dégage une sensation de puissance appréciable, durant les phases d'infiltration qui permettent de varier le gameplay et les approches ou même lorsqu'on se balade dans la ville, avec cette utilisation jouissive du grappin. En bref, que du bon (même de bons doublages français, à souligner!), voire du très très bon si vous êtes fan de l'homme-araignée.

BEACH SPIKERS 

Support: GameCube - Année: 2002 - Genre: Beach volley

 

Du soleil, du sable, du sport, de jolies filles en maillot de bain, a priori le beach volley est plutôt agréable à regarder. Pour ce qui est d'y jouer sur console, on est en droit d'être perplexe. Et pourtant, Sega a réussi son pari avec ce jeu GameCube: grâce à un gameplay simple et efficace, le fun est immédiat. Grâce au savoir-faire de Sega en matière de jeux d'arcade et aux quatre ports manettes de la console de Nintendo, il est possible de passer de très bons moments avec ce jeu, surtout quand quatre joueurs le maitrisent un minimum, ce qui peut emmener à des échanges longs, techniques et forcément très drôles. Idéal pour une soirée entre amis.

BLITZ THE LEAGUE II 

Support: PS3 - Année: 2008 - Genre: Football américain

 

Alors il faut savoir que le football américain est un sport qui ne m'intéresse pas du tout. Pour tout vous dire, je ne connais même pas les règles, si ce n'est qu'il faut emmener le ballon de l'autre côté de la ligne adverse pour marquer des points. Vous comprendrez que les jeux du genre ne m'attire pas. Sauf un: Blitz the league II est l'exception qui confirme la règle. Pour deux raisons: son fun immédiat car il est très arcade et sa violence exagérée. En effet, il est possible de se battre et surtout de causer des blessures extrêmement spectaculaires à ses adversaires. Lors d'un choc, on peut cibler une partie du corps et bourriner le bouton pour faire le plus mal possible: une cinématique se lance en fin en rayon X pour voir l'étendue des dégâts (Mortal Kombat a d'ailleurs repris ce système). Jouissif.

BOMBERMAN 

Supports : Tous supports : Années: Depuis 1991 -

Genre: Bomberman :)

 

Bomberman est un jeu unique en son genre (oui parce que des versions du jeu, il y en a eu au moins une bonne vingtaine): sur un plan de jeu, avec une vue de dessus, des personnages doivent se frayer un chemin et éliminer leurs adversaires en posant des bombes. Le principe est très basique mais manette en main, les parties n'en sont pas moins tactiques. Il faut avoir l'oeil de partout afin d'éviter les pièges ennemis (il était par exemple possible de jouer jusqu'à dix sur Saturn!) tout en essayant de coincer ses adversaires (et ne pas se faire toucher par ses propres explosions). Des items permettaient aux personnages de gagner des aptitudes comme de la vitesse, de la puissance, la possibilité de poser plusieurs bombes ou le salvateur coup de pied qui permettait de se sortir de situations délicates ou surprendre un ennemi au loin. Bomberman, c'est donc idéal pour jouer à plusieurs et je ne dis jamais non à une petite partie.

BURNOUT (la série) 

Support : PS2/PS3 - Année : 2002-2008 - Genre: Course

 

En terme de jeux de course, j'ai toujours été beaucoup plus porté sur l'arcade que sur la simulation (ce qui s'explique en partie par le fait que je ne m'intéresse pas du tout aux voitures et ne connait rien à la mécanique): en ce sens, la série Burnout (ou "Burnes dehors" comme on faisait la blague il y a 15 ans) (oui, bon...) était une bénédiction pour moi. J'ai découvert la série avec le deuxième opus et ai tout de suite accroché avec ce concept de conduite à toute vitesse avec l'objectif d'écarter ses concurrents brutalement. En effet, dans Burnout, il faut piloter de manière agressive en essayant de causer des accidents spectaculaires. Et comme les graphismes sont très réussie et les sensations de vitesse bien présentes, on s'amuse comme des petits fous au volant de ces bolides lointains cousins des chars d'assaut.

CALL OF DUTY: MODERN WARFARE 1&2 + BLACK OPS 

Support : PS3 - Année : 2007/2009/2010 - Genre: FPS

 

J'ai découvert la série incontournable des Call of Duty à partir du quatrième épisode, soit CoD 4: Modern Warfare et j'avais été impressionné par la campagne solo, certes courte, mais extrêmement spectaculaire, jouissive et bien mise en scène. Sa suite est dans la même veine, du FPS-spectacle très cinématographique et plaisant à jouer. Mais c'est à partir de CoD: Modern Warfare 2 (puis le premier Black Ops) (j'ai lâché après ce dernier quand les jeux devenaient trop futuristes) que j'ai commencé à m'essayer à ce qui a fait la renommée mondiale de cette saga: le multijoueurs en ligne. L'intensité des parties, l'ingéniosité des cartes, l'envie de progresser, tout cela donne un côté très addictif à ce monument du jeu online.

CAPCOM vs SNK 2 

Support: Dreamcast - Année: 2001 - Genre: Baston

 

Le jeu de mes rêves. Tout simplement. Capcom et SNK, les deux boites rivales dans le genre de la baston ont eu l'idée de génie de s'associer pour créer un jeu réunissant les personnages de The King of Fighters et Street Fighter, mes deux sagas vidéoludiques préférées. Vous n'imaginez pas à quel point j'étais dingue quand le 1er Capcom vs SNK a été annoncé. J'en rêvais, vraiment. Je décortiquais pendant des heures les images previews dans les magazines. Et le mieux dans l'histoire, c'est que le jeu était à la hauteur de mes espérances. Et la suite était encore plus dingue. J'ai passé tellement de temps sur ce jeu génial. Et maintenant, en 2019, je rêve toujours d'un Capcom vs SNK 3... ;)

CHUCHU ROCKET!

Support: Dreamcast - Année: 2000 - Genre: Réflexion

 

Chuchu Rocket! est un de ces jeux au concept simple qui s'avère extrêmement amusant à plusieurs et qui est plus tactique qu'il n'y parait. Sur un plateau en damier, vous devez sauver un maximum de souris en les dirigeant vers des fusées. Pour cela, vous devez leur indiquer le chemin avec des flèches. Plus vous sauver de souris, plus vous marquez de points. Ça a l'air simple sur le papier, c'est tout l'inverse pad en main: car, vous n'êtes pas seul à jouer et chacun veut attirer les souris vers sa fusée, des chats sont là pour profiter d'un bon repas et les souris vont à toute allure. Il faut user de stratégies diverses et agir vite, très vite. De gros fous rire en perspective.

CRAZY TAXI 

Support : Dreamcast - Année : 2000 - Genre: Arcade

 

Avec sa patate d'enfer (les musiques du groupe Offspring y sont sûrement pour beaucoup), ses graphismes colorés et sa prise en main hyper facile, Crazy Taxi est le jeu d'arcade parfait. Dans un immense terrain de jeu (une grande ville américaine), on doit trouver des clients et les emmener à bon port le plus rapidement possible. Si l'on peut regretter l'absence d'un mode deux joueurs, le plaisir de piloter à toute berzingue en plein milieu de la ville est omniprésent. Crazy Taxi, c'est l'arcade à la maison.

DAYTONA USA 

Support : Saturn - Année : 1995 - Genre: Course

 

Daytona USA, c'est un des gros classiques de Sega. D'abord incontournable en arcade, le jeu s'est ensuite vu adapté sur Saturn. Si il faut bien avouer que le contenu est quand même bien maigre (seulement trois circuits et une voiture), le soft réussit malgré tout à nous accrocher grâce à une excellente jouabilité, une très bonne sensation de vitesse et une ambiance générale très agréable (un feeling arcade, des graphismes colorés, une inoubliable musique "Daytonaaaaaaa!" (bon, à court terme hein) et la voix off disant "Gentlemen, start your engines"). Il était également intéressant de voir les impacts sur la carrosserie au fur et à mesure que la course avançait. Daytona USA est donc un jeu de NASCAR, et de course en général, très plaisant à jouer, il lui a juste manqué un mode multijoueurs (absence surprenante puisqu'il s'y prêtait parfaitement) et plus de contenu pour devenir  indispensable. Mais, même en l'état, il remplissait parfaitement son rôle de divertissement.

 

DEAD OR ALIVE (la série) 

Support : Tous supports - Année : 1999-2019 -

Genre: Baston

 

La série Dead or Alive est souvent connue du grand public pour la plastique superbe des combattantes et l'animation de leurs généreuses poitrines. Même si il faut avouer que ce n'est pas désagréable à l'oeil, il serait bien réducteur de limiter les DoA à cet état de fait. En effet, il s'agit avant tout d'une saga de jeux de baston qui a toujours été en avance sur son temps graphiquement, spectaculaire par ses enchainements, ses projections et ses changements de décors via des chutes et surtout très agréables à jouer, même en étant néophytes. En découlent des combats joliment chorégraphiés et un plaisir de jeu immédiat. Oui, j'ai toujours eu une affection particulière pour les Dead or Alive, moi qui suis à la base plutôt féru de baston 2D.

 

DEF JAM VENDETTA (et FIGHT FOR NY) 

Support: PS2 - Années: 2003/2004 - Genre: Catch

 

Prenez du catch, des combats de rue et des stars du rap US, ajoutez une forte influence du gameplay de WCW vs NWO: Revenge (une référence du genre), le tout avec le savoir-faire d'EA Big, qui à l'époque enchainait les succès, et ça vous donne la formule gagnante de Def Jam Vendetta et de sa suite Fight for NY. Vous l'aurez compris, l'originalité du soft est de permettre de jouer (entre autres) avec des rappeurs du label Def Jam, comme Ludacris, Redman ou DMX, le tout accompagné évidemment par les musiques des stars sus-citées. En plus, de l'ambiance, Def Jam possède de nombreux atouts: une jouabilité très riche et intuitive, des combats plus techniques qu'ils n'en ont l'air, des animations souples et graphismes soignés et la possibilité de créer son propre avatar avec des tonnes de combinaisons. A noter que dans Fight for NY, les environnements sont plus variés, de même que les techniques de combat. Jouables jusqu'à quatre, les deux Def Jam sont des perles de fun.

DISC JAM 

Support : PS4 - Année : 2017 - Genre: Sport

 

J'ai découvert Disc Jam puisqu'il était offert dans l'abonnement au Playstion Plus. Je n'en attendais pas de grande surprise puisqu'il s'agit ni plus ni moins d'une version modernisée de Windjammers de SNK (qui est très fun aussi mais n'y ayant pas assez joué, ne pouvait donc pas figurer dans la liste) qui connut son heure de gloire en arcade ou sur Neo Geo. Et effectivement, pas de surprise en parcourant le jeu, si ce n'est une: le fun immédiat. Avec un principe et des commandes simples (deux boutons suffisent), il y a de quoi s'amuser instantanément. Le jeu idéal pour des petites parties rapides, à deux ou à quatre. On ne manque d'ailleurs pas de se faire quelques matchs avec Pierre-Yves quand il passe chez moi.

 

DOUBLE DRAGON II 

Support : NES - Année : 1988 - Genre: Beat'em all

 

Rien que le nom de Double Dragon II m'évoque une vague nostalgique. Un de mes premiers jeux vidéo, celui qui m'a donné goût aux beat'em all, un monument du jeu coop que j'ai fait et refait un nombre incalculable de fois. Le gang des Shadow Warriors est allé trop loin cette fois, le kidnapping de petite amie n'étant plus à la mode, il l'ont carrément tuée. Et ça, les frères Lee ne vont pas le laisser passer. C'est donc parti pour 9 niveaux (en mode warrior) de castagne avec seulement 3 vies. Heuresement, Billy et Jimmy Lee sont doués pour la bagarre et, en plus des armes qu'ils peuvent récupérés sur leurs ennemis éliminés, ils ont un petit arsenal de mouvements dont le coup de genou sauté ou le mythique coup de pied circulaire. Mention spéciale pour le niveau dans l'hélicoptère avec la porte qui s'ouvre de temps en temps et nous attire dans le vide.

DUKE NUKEM 64 

Support : Nintendo 64 - Année : 1997 - Genre: FPS

 

N'étant pas un joueur PC, j'entendais parler de Duke Nukem 3D avec envie. J'accueillis donc avec plaisir son adaptation (réussie) sur Nintendo 64. Dans le fond, Duke Nukem est un FPS somme toute classique mais ce qui le différencie des autres, c'est son univers irrévérencieux (on peut payer des strip-teaseuses, aller aux toilettes,...) et son personnage égocentrique aux répliques cultes. Here is the king, baby!

 

EARTHWORM JIM 1 et 2 

Support: Megadrive - Années: 1994-1996 -

Genre: Plates-Formes

 

Qu'est-ce que j'ai aimé Earthworm Jim! Premier jeu du nouveau studio de développement Shiny Entertainment, cet ovni vidéoludique a fait grand bruit à sa sortie. Faire d'un verre de terre son héros était déjà très audacieux mais le risque a payé, bien aidé il est vrai par l'ambiance déjantée, l'humour constant, les graphismes léchés et la jouabilité au poil (même si les jeux sont très difficiles) d'Earthworm Jim et sa suite (au moins aussi réussie). Je me rappelle avec émotion des après-midis passés avec mon cousin Jean-Philippe à essayer d'avancer dans le jeu, en faisant chacun une vie ou chacun son niveau (on avait nos spécialités). La direction artistique fait très dessin animé et les animations et mimiques de Jim sont tordantes. Vous l'aurez compris, j'ai adoré.Et Dieu sait que je déteste les vers de terre... 

Grooooovy!

L'ENTRAINEUR 3 / FOOTBALL MANAGER

Support: PC - Années: 2000/2016 - Genre: Gestion

 

Là encore, j'aurais aimé dissocier les deux jeux mais faute de place sur la page, ils seront associés. Et puis ils se ressemblent quand même énormément, l'un (L'Entraineur 3) étant l'aîné de l'autre (Football Manager). Ils ont surtout un point commun, c'est qu'ils sont autant une bénédiction qu'une malédiction pour tous les dingues de foot (dont je fais partie). Bénédiction car ils sont incroyablement riches et complets, avec des bases de données de fou, des possibilités à n'en plus finir, une gestion des transferts, des tactiques, des entrainements et même de la communication très poussée, bref un terrain de jeu fantastique pour les amoureux du ballon rond du dimanche. Et malédiction car commencer une partie de l'un de ces jeux est comme être aspiré dans une tornade chronophage, c'est tellement bon que c'est addictif et c'est bien difficile de lâcher. J'ai donc passé de nombreuses heures de jeu sur ces titres mais j'ai aussi eu la satisfaction de remporter pas mal de trophées. :)

ETERNAL CHAMPIONS 

Support : Megadrive - Année : 1993 - Genre: Baston

 

Eternal Champions ne fait pas partie des jeux qui ont marqué le genre de la baston. Il est d'ailleurs, je pense, très peu connu, même par les amateurs de jeux de castagne. Et pourtant, il fait partie de ma sélection de jeux m'ayant marqués. La première raison est basique mais le jeu était vendu avec la Megadrive quand j'en ai fait l'acquisition, c'était donc mon premier jeu et j'en ai donc bien profité. Eternal Champions avait également quelques atouts non négligeables: des personnages atypiques et très différents, une ambiance sombre assez réussie et surtout des fatalités de décors qui, je crois, étaient une révolution pour l'époque.

 

FAR CRY PRIMAL 

Support: PS4 - Année: 2016 - Genre: FPS

 

J'avais beaucoup aimé Far Cry quelques années plus tôt (qui se trouve, faute de place, dans la page Mentions Honorables), je me suis donc lancé dans l'expérience Primal avec beaucoup d'enthousiasme, d'autant que le cadre préhistorique est complètement inédit, notamment pour un FPS et j'étais bien curieux de voir si la recette Far Cry allait prendre dans ce nouvel environnement. Vous vous en doutez, si le jeu est dans cette liste, c'est que ça a parfaitement fonctionné. On oublie les flingues, place aux arcs et aux lances. L'un des aspects très intéressants du titre est qu'il faut chasser pour améliorer son équipement et dompter des créatures toujours plus féroces. L'univers (que ce soit les graphismes ou le sound design mais aussi les espèces animales et les différentes tribus) est remarquable et on prend un immense plaisir à progresser dans ce monde où le danger peut venir de partout.

FATAL FURY (la série)

(incluant GAROU: MARK OF THE WOLVES) 

Support : Tous supports - Année : 1991/1999 - Genre: Baston

 

Premier jeu de baston pour SNK, qui deviendra une compagnie culte et spécialisée dans le genre, Fatal Fury (Garou Densetsu en japonais) est venu concurrencer de manière crédible l'inévitable Street Fighter II. Cette saga a été prépondérante dans le paysage de la castagne 2D en introduisant des personnages charismatiques inoubliables (les frères Bogard, Joe Higashi, Mai Shiranui, Geese Howard, Yamazaki et bien d'autres), des super coups spéciaux (les fameuses furies), des ring outs et la possibilité de se battre sur deux plans. Ces deux dernières options ont été abandonnées dans l'ultime opus, Garou: Mark of the wolves, encore considéré comme une référence du genre. J'ai beaucoup d'affection pour les Fatal Fury.

FIFA (la série) 

Support : Tous supports - Année : 1995-20... - Genre: Foot

 

L'arrivée de FIFA 95 et sa 3D isométrique sur Megadrive m'avait beaucoup plu. Par la suite, j'ai joué à d'autres jeux de foot, et notamment une longue période Pro Evolution Soccer qui avait incontestablement pris le leadership du jeu de foot sur PS2 notamment. A partir de 2008, FIFA est revenu plus fort et complet que jamais pour récupérer son trône et ne l'a plus lâché depuis. Avec les licences officielles, un gameplay aux petits oignons, des animations et graphismes toujours plus réalistes, FIFA est LA simulation de football par excellence et ravi depuis des années le grand amateur de ballon que je suis.

 

FLASHBACK 

Support : Amiga 500 / Megadrive - Année : 1992 - Genre: Plate-formes

 

Quand, jeune adolescent, je jouais à Flashback, j'avais vraiment la sensation de jouer à un jeu mature et intelligent, et ça me plaisait beaucoup. Grâce à un scénario intéressant (Conrad, scientifique amnésique, doit déjouer un complot interplanétaire mêlant des extraterrestres infiltrés tout en essayant de retrouver sa mémoire), des influences cinématographiques évidentes (Blade Runner, Total Recall, etc) et donc un univers passionnant, des animations d'une fluidité stupéfiante pour le début des années 90, quelques originalités bien vues (comme le fait de pouvoir travailler ou jeter un caillou pour tromper la vigilance des gardes) et des graphismes détaillés rendant l'atmosphère unique, Flashback est tout simplement un jeu vidéo incontournable. Et pour ne rien gâcher, réalisé par un studio français, feu Delphine Software. Cocorico!

FLINK 

Support : Megadrive - Année : 1994 - Genre: Plate-formes

 

Etrangement, Flink est un soft assez peu connu alors qu'il est pourtant l'un des plus beaux jeux sortis sur Megadrive (et par extension sur console 16 bits). Il s'agit d'un jeu de plates-formes avec un soupçon de RPG dans lequel la magie est prépondérante: à la manière de Sonic et ses anneaux, la barre d'énergie de Flink est une jauge de magie qui se remplit ou s'estompe en fonction de nos actions. De même, il faudra apprendre des sorts en réunissant plusieurs ingrédients afin de pouvoir mieux se défendre ou se dépatouiller de passages a priori inaccessibles (comme le sort de rétrécissement ou la possibilité d'invoquer une plante permettant d'accéder à des endroits trop hauts pour notre magicien). En plus de son extrême beauté, Flink m'avait marqué par sa difficulté, vu qu'il était très long et pourtant impossible de sauvegarder.

GEARS OF WAR (la série) 

Support: XBOX 360 - Années: 2006/2011 - Genre: Action

 

Si vous cherchez un gigantesque défouloir, de l'action non-stop, des personnages très masculins et caricaturaux, de la testostérone, des faciès patibulaires, de la vulgarité (je me souviens avoir été surpris par un "on va lui brûler les poils du cul!", du spectacle et de l'intensité mais surtout un plaisir dingue à canarder et tronçonner (l'animation de cette action est particulièrement jouissive) de la créature alien, la saga des Gears of war est faire pour vous. Oui, c'est bourrin mais quel pied ! D'autant que graphiquement, les jeux sont très beaux et que pad en main, c'est un régal, on se surprend à enchainer les courses, les mises à couvert, les gunfights ou combats au corps à corps avec beaucoup de simplicité. J'ai joué aux trois premiers jeux, et les campagnes solos étaient à chaque fois intenses, spectaculaires et amusantes. Mais celui sur lequel j'ai passé le plus de temps, c'est le 2, avec son mode multijoueurs très réussi, que ce soit en deathmatch ou en coopération pour lutter contre les vagues ennemies. Jouissif !

GOD OF WAR (la série) 

Supports: PS2/PS3/PS4 - Années: 2005-2018 -

Genre: Action / Beat'em all

 

Alors là, on aborde l'un de mes sagas chouchous! Chaque jeu aurait mérité un article à part (notamment pour le reboot de 2018, très différent des trois premiers) mais faute de place sur la page, je vais essayer de vous décrire en peu de mots pourquoi God of War est culte. Les trois premiers jeux prennent place dans la mythologie grecque et Kratos (héros ultra charismatique), demi-Dieu et fils de Zeus n'a d'autre but que de faire la peau de... tous les Dieux, rien que ça. God of War, c'est la quintessence du jeu vidéo: magistralement beau, intense, jouissif (jamais on ne s'est senti aussi puissant manette en main), passionnant, superbement mis en scène, c'est du beat'em all à son apogée. En 2018, Kratos fait son retour (accompagné de son fils), sur PS4 cette fois et dans la mythologie scandinave. Là, encore c'est une énorme claque technique et ludique. Et les développeurs frappent fort en proposant un plan séquence du début à la fin. MYTHIQUE.

GOLDEN AXE (la série) 

Supports: Amiga 500 / Megadrive - Année: 1989/91/93 - Genre: Beat'em All

 

Même si mon beat'em all préféré de tous les temps est Streets of Rage 2, la série Golden Axe a également su me séduire dans mes jeunes années. Grâce à son univers heroic-fantasy plaisant (et la possibilité de sélectionner l'un des trois héros : Ax le barbare, Tyris l'Amazone ou Gilius le nain), son ambiance sombre, ses évocations magiques (pour cela, il fallait taper sur des lutins très agiles qui traversaient le décor avec un sac sur le dos) et la possibilité de chevaucher des créatures (l'un des gros atouts du jeu, se battre sur le dos d'un dragon étant sacrément plus classe -et efficace), les trois jeux Golden Axe ont marqué de leur empreint la Megadrive. Et comme souvent dans ce genre de jeux, c'est à deux que l'on prend le plus de plaisir à parcourir cette aventure médiévale.

GOLDENEYE 007 

Support : Nintendo 64 - Année : 1997 - Genre: FPS

 

Goldeneye est certainement le FPS (et tout simplement l'un des jeux multijoueurs) m'ayant le plus marqué. Si la campagne solo était de très bonne qualité, c'est surtout son mode multi permettant de jouer à quatre en écran splitté qui fait entrer le jeu dans la légende. J'ai passé tellement d'heures avec les amis sur ce jeu qu'on connaissait même par coeur là où un ennemi mort allait réapparaitre. Un pur condensé de fun! 

INTERNATIONAL SUPERSTAR SOCCER 64, 98 & 2000 

Support : Nintendo 64 - Année : 1997-2000 - Genre: Foot

 

J'ai énormément joué aux trois ISS (pour les intimes) sortis sur Nintendo 64 mais j'ai choisi la jaquette du 98 car elle représentait deux joueurs de l'OM, ce qui était une petite fierté à l'époque. ISS, c'était du foot arcade à 100 à l'heure, des jeux qui avaient la patate et que je maitrisais plutôt très bien, ce qui ajoutait beaucoup de plaisir. :)

JAGUAR XJ 220 

Support: Amiga 500 - Année: 1992 - Genre: Course

 

Dans Jaguar XJ220, vous contrôlez une... Jaguar (si si) qui concourt contre d'autres bolides de marques prestigieuses. C'est un de mes premiers jeux de courses donc il a une saveur particulière. J'y jouais au stick sur Amiga 500 et la voiture restait figée au milieu de l'écran alors que c'était le décor qui défilait: une autre époque, quoi... Parmi les points intéressants du soft, il y avait les conditions climatiques changeantes, ce qui donnait un peu de diversité graphique, les arrêts au stand pour se ravitailler en carburant et l'argent qu'on gagnait en fonction de nos performances et qu'on pouvait dépenser pour participer à d'autres courses ou payer des réparations (ces deux derniers points donnaient un petit aspect gestion appréciable). 

JET SET RADIO

Support: Dreamcast - Année: 2000 - Genre: Action

 

Seule la Dreamcast pouvait nous pondre une nouvelle licence, exclusive qui plus est, aussi fun et novatrice. Avec ses graphismes cartoon en cel-shading et son ambiance hip-hop, Jet Set Radio est une véritable bouffée d'air frais dans le paysage vidéoludique. Chaussé de vos rollers, vous arpentez la ville de Tokyo-To ultra répressive et taguez les meilleurs spots pour faire valoir votre liberté d'expression. Il vous sera possible de vous déplacer dans toute la ville et de "grinder" sur toutes les surfaces, sur un son hip-hop entrainant mais attention à la police qui vous poursuivra et vous mettra des bâtons dans les rollers. Jet Set Radio, c'est... de la bombe!

THE KING OF FIGHTERS (la série) 

Supports: Tous supports - Années: 1994-2017 -

Genre: Baston

 

La saga des King of Fighters est à part dans mon coeur. Le jour où j'ai découvert les premières images de King of Fighters 94 (premier du nom) dans un magazine, j'ai halluciné. Des graphismes superbes, des combats en 3vs3, le best of des personnages de la firme SNK et un roster de 24 protagonistes (énorme pour l'époque), j'en revenais pas et rêvais de ce jeu qui tournait sur l'inaccessible NeoGeo. J'ai commencé à y jouer à partir de l'épisode 95 sur Saturn et suis tombé fou amoureux de cette série, au point d'avoir créé un site ultra complet consacré à King of Fighters avant de perdre mes identifiants et ne plus pouvoir le mettre à jour. Il me faudrait des tas de lignes supplémentaires pour dire tout le bien que je pense de KoF et ses dizaines de persos cultes et tellement charismatiques (aaaaah Iori Yagami!). Il m'arrivait de passer des heures et des heures d'affilée à affronter mon ami Marc lors de défis intenses. 

The King of Fighters, c'est the king of my heart.

KUNG FU 

Support : NES - Année : 1987 - Genre: Beat'em all

 

Que de souvenirs en me rappelant ce jeu et en cherchant les photos pour illustrer l'article! Avec son nom on ne peut plus basique et équivoque (pas de tromperie sur la marchandise, c'est sûr), Kung Fu est l'un des premiers jeux vidéo auquel j'ai joué. Comme son titre, les graphismes et les commandes font dans la simplicité: un seul décor, des hordes d'ennemis identiques (et pas très malins) (il y avait quand même parfois de grosses abeilles histoire de varier un peu), un bouton pour le poing, un pour le pied et c'est parti pour de la castagne non stop! Quand j'étais enfant, le jeu relevait un peu du challenge, malgré son côté binaire (j'avance, je frappe). Bien que répétitif, il fait partie de la liste grâce à la fibre nostalgique qu'il m'évoque.

THE LAST OF US 

Support: PS3 - Année: 2013 - Genre: Meilleur jeu du monde

 

Comme je le dis souvent (enfin quand je parle expériences de jeux vidéo avec quelqu'un) (non parce que je tourne pas en boucle hein?), The last of us est pour moi un chef-d'oeuvre qui dépasse le jeu vidéo et probablement ma plus belle expérience vidéoludique, tout simplement. Beau à se pâmer, doté d'un scénario mature et impitoyable, d'une ambiance et de personnages forts qu'on n'est pas prêt d'oublier, d'une partie sonore exceptionnelle, d'un mélange parfait de survie, d'action et d'infiltration, à la fois émouvant, passionnant et oppressant, The last of us tient du miracle. Le genre de jeu qui n'arrive qu'une fois tous les vingt ans. Unique. Epoustouflant. Inoubliable.

LEMMINGS 

Support : Amiga 500 - Année: 1991 - Genre: Réflexion

 

En voilà un grand classique du jeu vidéo! Les Lemmings sont des petites créatures aux cheveux verts qui avancent toujours tout droit, quel que soit le danger. Le Lemming est soit idiot, soit aveugle, soit suicidaire ou peut-être même les trois. Pour sauver du carnage (ou du suicide collectif) ce peuple d'attendrissants neuneus, c'est à vous qu'incombe la tâche de les diriger d'une porte à une autre en leur assignant des actions. Ils sont bêtes mais l'avantage c'est qu'il sont polyvalents et pas contrariants. Ils peuvent ainsi faire du blocage, creuser, construire un pont, ouvrir un parapluie lors d'une chute et tout d'un tas d'autres actions. Mais il faut agir vite et c'est ça qui est très amusant, il faut analyser rapidement la situation et agir en conséquence. Lemmings est un casse-tête indémodable.

LIFE IS STRANGE 

Support : PS4 - Année : 2015 - Genre: Aventure

 

Life is strange est, je crois, le premier jeu narratif et épisodique auquel j'ai joué et l'expérience s'est révélée réjouissante. Réalisé par Dontnod, petit studio indépendant français, Life is strange nous met dans la peau de Max Caulfield, étudiante introvertie, qui devra gérer la découverte d'un pouvoir (la capacité de revenir dans le temps sur une courte période), enquêter sur la disparition d'une élève et éviter la disparition de sa ville par une tornade... le tout en une semaine. Bien que le jeu soit facile et techniquement parfois un peu faiblard, la somme de ses qualités l'emporte largement: deux héroïnes très attachantes, une B.O. géniale, un univers travaillé et une narration de qualité. Une aventure marquante.

LE MAILLON FAIBLE 

Support : PS2 - Année: 2002 - Genre: Réflexion

 

Je sais ce que vous dites: dans cette liste, il n'y a pas de Zelda, pas de Metal Gear Solid ni de Final Fantasy mais il y a Le Maillon Faible, ce mec est tombé sur la tête. Je conçois que cela puisse surprendre. Mais j'ai tellement rigolé avec mes amis sur les parties de ce jeu que je ne pouvais pas ne pas l'inclure dans la liste des jeux m'ayant marqués. Avec une manette, il était possible de jouer jusqu'à sept et de la faire tourner à chaque fois que Laurence Boccolini posait une question à un nouveau candidat. Au passage, on avait chacun notre personnage attitré (le mien était Gautier, DJ à Toulouse). Chaque fois que venait son tour de répondre à une question, la pression exercée par les autres était énorme, pour répondre vite et bien, sous peine de moqueries et réprimandes. Puis venait le meilleur moment, celui où il fallait désigner le maillon faible à chaque tour. Chacun votait secrètement, parfois en étant de mauvaise foi, en étant tactique ou en faisant des alliances secrètes. Que de rires sur ce jeu.

THE MANAGER 

Support : Amiga 500 - Année: 1991 - Genre: Gestion

 

J'ai une affection toute particulière pour ce jeu que quasiment personne ne connait et sur lequel j'ai passé énormément d'heures avec mes cousins. C'est un jeu de gestion d'une équipe de football dans lequel on incarne (je vous le donne dans le mille) le manager, on a donc le rôle du président et de l'entraineur. Avec mes cousins donc, on y passait parfois la journée: déjà pour lancer le jeu qui tenait sur quatre disquettes, ça prenait trois plombes donc on descendait dans le jardin faire des parties de vrai foot le temps que le titre se lance (c'est dire...). Il faut savoir qu'on commençait les parties en 4ème division et qu'on structurait petit à petit son club à mesure des progrès et des éventuelles montées dans les divisions supérieures. Cet ancêtre des L'Entraineur et autres Football Manager est un de mes lointains souvenirs de jeux vidéo les plus forts.

MANHUNT 

Support : PS2 - Année: 2003 - Genre: Action / Infiltration

 

A sa sortie, Manhunt a fait scandale, et à même été interdit à la vente dans plusieurs pays, dont le Royaume-Uni. Et pour cause, le jeu est d'une rare violence, à un point où ça en devient dérangeant. Vous incarnez Cash, un condamné à mort, dont la sentence létale vient d'être rachetée par un producteur sans foi ni loi qui veut faire de vous l'attraction principale d'un snuff movie improvisé. Filmé par des caméras cachées, vous devez donc survivre dans un immense terrain de jeu glauque à souhait dans lequel sont disposés des gangs aux intentions pas bien sympathiques. Il est donc fortement conseillé de se faire discret et de favoriser l'infiltration au bourrinage. Il y a donc une partie tactique et réflexion appréciable pour avancer dans le niveau sans se faire repérer. Et lorsqu'il y a une occasion de s'approcher discrètement dans le dos d'un ennemi, il est possible de l'achever très violente, le tout sous les caméras. L'ambiance crade et malsaine est renforcée par un grain particulier à l'image. Manhunt est donc hyper violent mais malgré tout jouissif et mémorable.

MARIO KART 64 

Support : Nintendo 64 - Année : 1997 - Genre: Course

 

Quand on pense à un jeu fun en multijoueurs, l'un des premiers noms à venir en tête est forcément Mario Kart. Que ce soit en course ou en battle, les tranches de rire sont omniprésentes avec toutes les armes à disposition pour faire enrager les adversaires. D'autant que l'air de rien, il y a de la technicité dans le pilotage. Et c'est sur la version 64 que j'ai beaucoup joué. Indémodable.

MARIO PARTY (la série) 

Supports : Nintendo 64/GameCube - Année : 1998-2005 - Genre: Party game

 

Il n'y a pas à dire, en matière de fun, Nintendo sait y faire. En créant ce nouveau genre, un jeu de l'oie avec des tonnes de mini-jeux, Nintendo a trouvé une formule détonnante. Si seul les jeux n'ont que peu d'intérêt, ils prennent une toute autre dimension à quatre, où les stratégies, les fourberies et surtout les fous rires lors des petits jeux débiles sont légion. Que de bons souvenirs !

MARVEL vs CAPCOM 2 

Support: Dreamcast - Année: 2000 - Genre: Baston

 

Capcom a eu une riche idée de proposer un cross-over entre ses personnages phares et les super-héros de Marvel. A ce jour, quatre opus sont sortis mais le deuxième est, à mon sens, de loin le plus réussi (mention spéciale pour le troisième quand même). Avec un casting incroyable de 56 protagonistes (un chiffre dingue pour l'époque - et aujourd'hui encore), dont une majorité de persos cultes, un action non-stop avec la possibilité de faire appel à des strikers ou de changer de héros en cours de combat, des sprites 2D du plus bel effet et de chouettes décors 3D, Marvel vs Capcom 2 est une référence de la baston 2D bourrine et spectaculaire.

MAX PAYNE 

Support : PC - Année : 2001 - Genre: Action

 

A part pour Football Manager ou quelques émulations de vieux jeux, je n'ai jamais joué sur PC, la faute à mes faibles compétences clavier/souris. J'ai toujours été un joueur manette mais il y a toujours une exception à la règle, et pour le coup, elle s'appelle Max Payne. Son univers de polar noir, avec sa narration en forme d'illustrations de BD m'attirait. Mais surtout, ce qui a fait entrer Max Payne dans la légende des jeux d'action à la troisième personne, c'est le bullet time. Cette nouveauté de gameplay révolutionnaire est inspirée de Matrix et permet de ralentir le temps afin de mieux ajuster ces tirs, le tout avec la possibilité de réaliser des cascades. Il en résulte des chorégraphies de gunfights spectaculaires et surtout un plaisir de jeu immense, d'autant que le jeu était très beau à sa sortie.

MEGA MAN 2 

Support : NES - Année : 1988 - Genre: Plate-formes/Action

 

Personnage phare du catalogue de Capcom et surtout figure emblématique du jeu vidéo, Mega Man 2 est considéré par beaucoup comme le meilleur opus de cette très prolifique série voire même comme l'un des meilleurs jeux d'action de tous les temps. Les Mega Man sont plutôt un savant mélange de plates-formes, d'action et de run & gun. L'une des originalités du jeu est qu'on peut choisir l'ordre des niveaux. Chaque niveau correspond à celui d'un boss (aaah les noms de Bubble Man, Air Man, Wood Man, Heat Man, etc me font revenir en enfance) qui, une fois battu, nous donne la possibilité son arme. Ce qui donne un côté tactique dans le choix de l'ordre (par exemple, l'arme de Bubble Man est très efficace contre le coriace Heat Man). Ardu mais passionnant, Mega Man 2 est un pur bijou de la Nes. 

METAL SLUG (la série) 

Support : Tous supports - Année : 1997-2008 -

Genre: Run & gun

 

Cela fait plus de vingt ans que les Metal Slug traversent les générations de consoles et les salles d'arcade, en restant à peu de choses près identiques d'un épisode à l'autre. Mais si la formule ne vieillit pas, c'est qu'elle est bonne : une direction artistique unique avec des graphismes très détaillés, un univers qui lui est propre, un gameplay simple mais un challenge corsé, de nombreux ennemis, des armes et véhicules divers et variés, voilà ce qu'on est certain de trouver lorsqu'on lance une partie de Metal Slug. C'est le genre de jeux qu'on prend plaisir à faire à deux, le temps de quelques parties.

 

MICRO MACHINES 2 & 96 

Support: Megadrive - Années: 1994/96 -

Genre: Course arcade

 

Voilà une merveille de jeux multijoueurs. Avec la possibilité étonnante de pouvoir jouer à quatre (deux ports manettes étaient inclus... sur la cartouche!) voire à huit (deux personnes pouvaient partager une manette), Micro Machines était l'assurance de bien rigoler. Avec un choix audacieux de proposer une vue du dessus, le principe est de rester le dernier en course pour marquer des points dans un cadre de jeu original puisqu'on conduit des voitures miniatures dans de nombreux décors variés issus de notre quotidien (un bureau, le jardin, une cuvette de toilettes, la table de la cuisine, etc). L'action est très intense car les petits bolides vont vite et qu'il est possible de se bousculer, de prendre des raccourcis ou d'utiliser des power-ups (missiles, marteau, pinces,...) visant à déstabiliser ou détruire les adversaires. J'ai beaucoup joué avec mes amis et cousins aux épisodes 2 et 96 sur Megadrive (et à un degré moindre au 64 Turbo sur N64) et c'était à chaque fois de chouettes crises de rire. Tellement convivial.

 

MOONWALKER 

Support : Megadrive - Année : 1990 - Genre: Plate-formes

 

Le jeu vidéo est parfois surprenant. En témoigne ce jeu de plates-formes/action mettant en scène nul autre que... Michael Jackson. Dans une adaptation très libre du film éponyme, Moonwalker permet de contrôler le roi de la pop devant sauver des enfants kidnappés dans des niveaux reprenant chacun l'univers d'un de ses clips (le bar de Smooth Criminal, le cimetière de Thriller ou les rues de Billie Jean par exemple). Pour se faire, Michael a des attaques basiques avec poings et pieds mais surtout une attaque spéciale lui permettant de... faire danser tous ses ennemis jusqu'à ce que mort s'en suive. C'est original et pour ne rien gâcher, les animations sont plutôt fluides. Gros point positif, et vous vous en doutez, les musiques qui accompagnent le jeu sont les tubes de MJ. Hihiiiiii!

MORTAL KOMBAT (la série) 

Supports : MD/PS4 - Années : 1992/2019 -Genre: Baston

 

Si j'ai toujours préféré les jeux de baston signés Capcom ou SNK (la direction artistique japonaise plutôt qu'américaine) et trouvé des défauts récurrents à cette saga (une animation beaucoup trop raide et un character design fade et fainéant), il n'en reste pas moins que les Mortal Kombat figurent parmi les incontournables de la scène de la baston. J'ai énormément joué à Ultimate Mortal Kombat 3 sur Megadrive et suis agréablement surpris par la qualité technique des deux derniers épisodes (X et XI) sur PS4. Ce qui a fait la renommée des MK, c'est son extrême violence et notamment ses fatalités (possibilité d'achever de manière gore son adversaire à l'issue du combat). Les développeurs font d'ailleurs preuve d'une sacré imagination, avec ce mélange de gore et d'absurde. Si vous êtes curieux et pas trop sensibles, voici des liens de compilations des fatalités des épisodes X et XI. Finish him!

NEED FOT SPEED: HOT PURSUIT 

Support : PS3 - Année : 2010 - Genre: Course

 

Après quelques épisodes basés sur le tuning qui me laissaient de marbre, Need for speed revient à ses premières amours avec Hot Pursuit et le moins que l'on puisse dire, c'est que ça dépote. Le concept de cette série de jeux de courses est unique et enthousiasmant puisqu'il propose des courses poursuite entre fous du volant et forces de l'ordre dignes des blockbusters américains. Choisissez un camp, la fuite ou la poursuite, et foncez à toute allure avec des véhicules brillamment modélisés et utilisez les armes à disposition pour vaincre. Si un mode 2 joueurs en écran splitté fait cruellement défaut, les parties en ligne sont endiablées. Spectaculaire et palpitant, Hot Pursuit rend ses lettres de noblesse à Need for speed.

NIDDHOG 

Support : PS4 - Année : 2014 - Genre: Action / Escrime

 

Je pourrais résumer Nidhogg, ovni vidéoludique, ainsi: c'est l'un des jeux les plus laids, les plus simples et les plus drôles auquel il m'ait été donné de jouer. Avec des graphismes on ne peut plus simplistes (mais qui au final lui donne une identité) (perdue dans sa suite) et un principe des plus basiques (deux escrimeurs se font face et doivent s'entretuer un certain nombre de fois pour arriver au bout d'un niveau), on arrive à s'amuser, à stresser et à essayer des petites stratégies pour surprendre son adversaire, le tout avec un grand sourire sur le visage.

 

NIGHTS: INTO DREAMS 

Support: Saturn - Année: 1996 - Genre: Action

 

La sortie de Nights: Into Dreams sur Saturn avait fait grand bruit à l'époque. Déjà car Sega s'offrait un nouveau titre exclusif de grande qualité, différent de ce que l'on avait l'habitude de voir et qui, chose unique, était commercialisé avec un nouveau pad, ayant la particularité de proposer en plus un stick analogique (ce qui est très commun aujourd'hui mais qui était révolutionnaire en 1996). L'objectif de la Sonic Team (conceptrice du soft) était de donner au joueur un sentiment de liberté dans un monde féérique et c'est réussi. Si la 3D qui faisait merveille à l'époque a certainement mal vieillie avec ses gros pixels et que le jeu manquait de challenge, Nights: Into Dreams peut se targuer d'être unique par son monde et les sensations qu'il procure et d'avoir marqué en son temps la console 32 bits de Sega.

NIGHT WARRIORS / DARKSTALKERS 

Support : Saturn - Année : 1996 - Genre: Baston

 

Darkstalkers, Night Warriors, Vampire Savior, Vampire Hunter, difficile de s'y retrouver avec tous ces noms qui désignent pourtant la même saga vidéoludique. Développé par Capcom, on sent immédiatement le savoir-faire de la firme en matière de jeux de baston tant on sent la patte de Street Fighter pour ce qui concerne le gameplay. L'habillage est évidemment bien différent et pour notre plus grand bonheur puisqu'il s'agit d'un des gros points forts du titre: son univers. Si le casting est assez faible en quantité, il est en revanche de grande qualité puisqu'il regroupe que des monstres mythiques de la culture populaire (vampire, loup-garou, zombie,...) avec un character design intelligent, le tout avec une direction artistique proche du dessin animé et de très beaux décors. Pour le fan de baston 2D que je suis, les Darkstalkers ne pouvaient me rendre indifférent.

PANG 

Support : Amiga 500 - Année : 1989 - Genre: Action

 

On ne se refait pas, j'aime ce genre de petits jeux aux concepts simples, amusants et addictifs. Surtout quand on y ajoute une couche de nostalgie puisque Pang est l'un de mes premiers jeux vidéo. Equipé de votre "pistolet-grapin" vous devez tirer sur des boules qui se divisent en plusieurs boules plus petites et ainsi de suite. Le but du jeu est d'éliminer toutes les boules sans se faire toucher, ce qui devient évidemment de plus en plus compliqué au fur et à mesure que la partie avance puisqu'on peut se retrouver encercler de tas de mini boules. Heureusement, des power-ups sont là pour nous faciliter la tâche. Il fallait faire preuve de concentration et de sang froid avec Pang et c'était très distrayant.

PANZER DRAGOON ZWEI 

Support: Saturn - Année: 1996 - Genre: Action

 

Je me rappelle que la sortie de Panzer Dragoon Zwei m'avait marquée. J'avais découvert le jeu lors d'une démo (certains magazines proposaient des CD avec des démos de plusieurs jeux, ce qui était révolutionnaire sur consoles à l'époque) et ce titre m'avait scotché. Par son ambiance unique (un subtile mélange d'action et de poésie, de futuriste et de primitif) et son gameplay intéressant (un shoot'em up - ou plutôt un rail shooter puisque le paysage défile tout seul - avec un système de lock et d'esquives plaisant, une touche de RPG, sans compter qu'explorer le monde à dos de dragon est plutôt peu commun), cette suite de Panzer Dragoon était une bénédiction pour la Saturn, qui voyait là un titre exclusif brillait de mille feux. Sega serait d'ailleurs bien inspiré de réaliser un nouvel opus de Panzer Dragoon sur les dernières générations de consoles, la technologie actuelle sublimerait cet univers formidable.

 

 

PEGGLE 1 & 2 

Supports : Nintendo DS et PS4 - Année : 2008/2013 - Genre: Puzzle game

 

J'ai toujours eu un petit faible pour les jeux à la con, ces jeux tout simples, aux graphismes basiques mais au fun immédiat. Peggle entre parfaitement dans cette catégorie. J'ai découvert le premier sur DS et ai immédiatement acheté le second sur PS4 et les ai dévoré tous les deux. Le principe ressemble un peu à du flipper puisqu'avec un canon au dessus de l'écran, on doit faire disparaitre tous les taquets de couleurs, à l'aide d'une dizaine de billes et de coups spéciaux propres à chaque personnage. C'est pas forcément clair à expliquer mais croyez-moi, c'est addictif ! L'ambiance du jeu est délirante et chaque dernière bille victorieuse (Extreme fever) est accompagnée de L'hymne à la joie, ce qui est assez jouissif. Seul ou à deux, il y a donc moyen de bien s'amuser avec Peggle !

PERFECT DARK 

Support : Nintendo 64 - Année : 2000 - Genre: FPS

 

Trois ans après l'inoubliable Goldeneye, Rare frappe à nouveau très fort avec un nouveau FPS parfaitement adapté à la manette N64.  Même si j'ai préféré l'habillage James Bond, Perfect Dark est la suite spirituelle de Goldeneye, reprenant merveilleusement la même recette. Avec en bonus, quelques armes dingues pour le multijoueurs, toujours aussi efficace.

PORTAL 2 

Support: PS3 - Année: 2011 - Genre: Réflexion / FPS

 

Portal 2 est une expérience vidéoludique unique et formidable. Fait rare pour moi, c'est un jeu que j'ai parcouru d'un bout à l'autre en coopération en ligne avec mon ami Guillaume. A l'aide d'un portal gun permettant d'ouvrir un passage entre deux points, de bubes optiques, de lasers et autres ponts de lumière, vous devrez résoudre nombre de puzzles tarabiscotés pour passer dans la salle suivante. Et le level design est tellement ingénieux que c'est un plaisir immense de se creuser les méninges pour résoudre les énigmes proposées (et c'est même très drôle lorsque vous le faites à deux et que vous avez envie de vous arracher les cheveux). La campagne solo est parait-il grandiose, je n'ai testé que le coop qui est génial. Portal 2 est un grand jeu intelligent. En un mot: brillant.

POWER STONE 1 & 2 

Support : Dreamcast - Années : 1999/2000 - Genre: Baston

 

Power Stone est une nouvelle licence baston de l'inévitable Capcom sortie sur Dreamcast. Le principe est tout de même différent des autres références du genre: ici, nous avons droit à une vue lointaine dans un environnement 3D rempli de mobilier qui sera bien utile lors des combats: en effet, il est possible de grimper dessus ou carrément de les envoyer sur l'adversaire. De plus, il était possible de se métamorphoser en robot surpuissant une fois qu'on avait collecter dans la douleur 3 gemme disséminées dans le décor. A noter que la suite permettait de jouer jusqu'à quatre, pour encore plus de bazar et d'action. Fun assuré!

PRINCE OF PERCIA 

Supports: Amiga 500 et Megadrive - Année: 1989 -

Genre: Plates-formes

 

En 1989 sortait une bombe qui fera date dans le jeu vidéo: Prince of Persia. Fait incroyable, le jeu a été pratiquement réalisé dans son intégralité par un seul homme: Jordan Meshner (chapeau bas, monsieur!). Dans la Perse antique, un putsh est réalisé par un vizir mal intentionné: vous êtes enfermé dans un donjon et devez secourir votre bien aimée séquestrée à l'opposé du palais (malin, il l'a pas placée dans la pièce à côté). Vous avez 1h pour la sauver (oui, à l'époque, il n'y avait pas de sauvegarde), sans quoi elle sera exécutée. Vous voilà donc aux commandes du héros princier, à l'animation bluffante de réalisme, à parcourir un labyrinthe truffé de pièges, de séquences de plates-formes se jouant au pixel près et de combats face à des ennemis armés. Prince of Persia m'a marqué à vie. Ce jeu est une légende.

PRINCE OF PERSIA: LES SABLES DU TEMPS 

Support : PS2 - Année : 2003 -

Genre: Action / Plates-formes

 

Pour d'autres jeux, lorsqu'il s'agissait de suite, je les ai regroupées en un seul titre. Pour le cas présent, vu qu'il y a quatorze ans qui séparent les deux jeux et surtout un bon technique incroyable, j'ai décidé de séparer le Prince of Persia original et Les sables du temps qui furent deux superbes expériences de jeux vidéo. Dans ce dernier, l'essence de Prince of Persia est heureusement respectée avec notamment une ambiance Mille et une nuits appréciable et une animation formidable. Notre prince est, Dieu merci, très agile (sympas ces wall runs), ce qui permet de se sortir de positions délicates, que ce soit en phases de plates-formes (avec un chouette level-design) ou en combat. L'utilisation de pouvoir du temps (ralenti, retour en arrière) s'avère aussi très intéressante.  Un grand jeu!

PROBOTECTOR 

Support : Megadrive - Année : 1994 - Genre: Shoot'n jump

 

Après avoir longtemps fait le bonheur des consoles Nintendo, Konami se décide enfin à adapter son mythique shoot Contra sur Megadrive. Au passage, la licence changera de nom chez nous et deviendra Probotector, un épisode inédit qui plus est. Et le résultat est détonant: un concentré d'action non-stop, un spectacle de tous les instants et bien sûr une difficulté qui mettra à mal les plus zens d'entre vous. Probotector c'est ce qui se fait de mieux dans le genre shoot'n jump (ou run & gun), ça tire dans tous les sens, c'est nerveux au possible mais ça reste toujours fluide. Le challenge est corsé mais bizarrement, on ne se lasse pas d'essayer et essayer encore à aller toujours plus loin.

PRO EVOLUTION SOCCER 4, 5 et 6 

Support: PS2 - Années: 2004/2005/2006 - Genre: Foot

 

Après les excellents International Superstar Soccer sur Super Nes, Playstation et Nintendo 64, la série se transforme en Pro Evolution Soccer et en profite pour mettre de côté son orientation arcade afin de se rapprocher d'une vraie simulation de foot. Et le résultat est incroyable ! Avant que FIFA ne reprenne le leadership vers 2008, PES (pour les intimes) régnait sans conteste en maitre sur le terrain du jeu de foot. Grâce à un gameplay exceptionnel, PES m'a scotché à l'écran, grâce à son légendaire mode solo Ligue des Masters ou ces innombrables parties à deux ou à quatre (et notre mythique tactique -et chanson- du "Double rideau" avec Romain) (avec petite chorégraphie après chaque but marqué histoire d'agacer un peu plus l'adversaire). Pour la petite histoire, j'ai participé à la PES League de Marseille et suis arrivé en finale sur PES 4, avec mon match diffusé sur écran géant, avec commentaire en direct. 
Bref, PES c'est mythique.

PROJECT JUSTICE 

Support : Dreamcast - Année: 2001 - Genre: Baston

 

Project Justice, alias Rival Schools 2 pour les puristes, est une nouvelle licence baston d'un des maitres du genre Capcom qui met temporairement Street Fighter de côté. On reconnait d'ailleurs l'influence évidente de son aîné, notamment dans le gameplay. Project Justice est un jeu de combat modélisé en 3D mais qui se joue sur un axe 2D. Son originalité est de proposer des personnages (charismatiques pour la plupart) issus d'une école: donc oui, on se bat avec des élèves et des professeurs dotés de coups spéciaux, dans une ambiance manga, avec un gameplay plutôt technique permettant des attaques combinées à trois. Une excellente alternative aux cadors du genre donc.

 

RESIDENT EVIL: CODE VERONICA 

Support: Dreamcast - Année: 2000 - Genre: Survival-Horror

 

N'ayant pas eu la Playstation, je suis passé à côté des premiers Resident Evil, bien que j'ai été marqué par le premier pour l'avoir testé. Je me suis donc réellement plongé dans cette saga culte avec Code: Veronica sur Dreamcast et la claque n'en fut pas moins forte. Une fois la maniabilité particulière assimilée, on se régale à se faire peur dans ces beaux décors 3D infestés de zombies où la pression est constante et le scénario réserve au moins une surprise. Un grand Resident Evil. Un grand jeu.

ROAD RASH 3 

Support : Megadrive - Année : 1995 - Genre: Course arcade

 

La série des Road Rash propose de participer à des courses de motos un peu particulières puisque tous les coups sont permis. En effet, pour vous aider à dépasser vos adversaires et franchir la ligne d'arrivée en premier, vos compétences de pilotes ne sont pas les seules requises. En plus du simple coup de pied, vous avez la possibilité de gazer vos concurrents, de laisser des clous sur la route, de mettre des coups de pied, de batte de baseball ou de... nunchaku. Le mode deux joueurs en écran splitté est toujours disponible pour plus de brutalité sur le bitume, de même que les obstacles sur la route. Road Rash 3 offre aux joueurs de nouvelles bécanes déblocables en gagnant de l'argent en fonction du classement, des courses aux quatre coins du monde et de nouveaux graphismes digitalisés (pas forcément du meilleur effet). Fun et sauvage!

ROCK'N ROLL RACING 

Support : Megadrive - Année : 1993 - Genre: Course

 

Dès l'écran titre, le ton est donné: Bad to be bone de Goerge Thorogood en bande-son, ça dépote bien comme il faut. Et les autres musiques du jeu ne sont pas en reste puisque de grands noms du rock (Black Sabbath, Deep Purple,...) sont présents. Sinon il s'agit d'un jeu de course futuriste en 3D isométrique qui nous emmène dans six planètes différentes  pour autant d'environnements et le but est évident: finir premier (contre trois adversaires), en utilisant tous les moyens à disposition (missiles, mines). Finir aux meilleures places permet de gagner de l'argent, ce qui donne la possibilité d'améliorer son véhicule et ses équipements ou de pouvoir financer sa participation à de nouvelles courses. Doté d'un mode deux joueurs en écran splitté, Rock'n roll racing est très amusant à jouer et son ambiance (avec un commentateur pendant la course) n'y est pas étrangère.

LE ROI LION 

Support : Megadrive - Année : 1995 - Genre: Plates-formes

 

Deux ans après l'excellent Aladdin, voilà une nouvelle immense licence Disney adaptée avec grand talent sur Megadrive. Encore une fois, il s'agit d'un jeu de plates-formes graphiquement soigné, coloré et aux animations léchées. Les amateurs du dessin animé retrouveront d'ailleurs les environnements et les musiques de l'oeuvre originale. Là où Le Roi Lion surprend, c'est dans l'évolution de son héros et du gameplay: en effet, dans les premiers niveaux, on incarne un Simba jeune puis une version adulte un peu plus tard, avec les changements de gameplay qui en découlent (Simba peut se battre en adulte par exemple). Autre chouette originalité: des séquences où Simba court de face, face à l'écran et doit éviter des obstacles. 

Fidèle, beau et varié, voilà donc un bon jeu de plates-formes!

SAMURAI SHODOWN (la série) 

Support : Tous supports - Années : 1993-2019 -

Genre: Baston

 

Niveau création de jeux de baston cultes et de personnages charismatiques, SNK s'y connait. Aux côtés des Fatal Fury, King of Fighters et autres Art of Fighting trône la mythique séries des Samuraï Shodown (Samuraï Spirits au Japon) qui se différencie de ses concurrents en proposant des combats à l'arme blanche dans un Japon médiéval. L'ambiance (les superbes décors, les musiques, les bruits des lames qui s'entrechoquent), les personnages (les magnifiques Haohmaru, Genjuro, Ukyo, Basara, Shiki entre autres) et la violence des dégâts infligés (armes blanches obligent) font des SamSho une série à part et formidable dans le monde de la baston 2D. Je suis d'ailleurs très heureux de voir débarquer un reboot en 2019.

SECOND SIGHT 

Support : PS2 - Année : 2004 - Genre: Infiltration /Action

 

Après un excellent TimeSplitters 2, Free Radical a enchainé avec Second Sight qui fut une très bonne surprise, d'autant que je me suis lancé dans le jeu sans attente particulière. Si la patte graphique n'était pas particulièrement séduisante, la construction du jeu (avec deux trames parallèles) et le gameplay sont les deux attraits principaux. L'utilisation des pouvoirs psychiques du personnage principal était hyper jouissive et bien pensée. On pouvait ainsi prendre le contrôle d'une autre personne, déplacer des objets via télékinésie et pas mal d'autres possibilités. De même, il y avait deux approches possibles, le bourrinage avec des armes ou la furtivité, pour avancer dans les niveaux et les deux variantes étaient aussi plaisantes. Etant fan depuis petit des X-Men, je me suis amusé comme un petit fou à contrôler ce John Vatic qui découvrait petit à petit tous ses pouvoirs surnaturels.

SEGA RALLY 

Support: Saturn - Année: 1994 - Genre: Course

 

Adapté de la borne d'arcade culte, Sega Rally sur Saturn est une superbe réussite. Malgré un contenu famélique (quatre circuits et trois voitures), le jeu donne envie de se perfectionner, se dépasser, de battre des records au centième près en concourant contre le fantôme du meilleur temps en cours, et ça, c'est la marque des grands. Il fallait ainsi connaitre les circuits (Desert, Forest, Mountain et Lakeside en bonus) sur le bout des doigts et maitriser à la perfection la Toyota Celica, La Lancia Delta ou la très rapide mais injouable Lancia Stratos (des noms qui doivent chatouiller les oreilles des nostalgiques) pour espérer grapiller de précieuses secondes.  Une fois maitrisée, la jouabilité du titre était exceptionnelle, très fine et le jeu à la fois beau et fluide.  A noter que j'aimais beaucoup aussi la façon dont la voix off disait "Sega Rally Championship" à l'écran titre. Enregistrements vocaux à l'appui pour comparer, on a d'ailleurs fait un concours avec cousin JP pour savoir lequel était le plus proche de l'original. En toute objectivité, j'étais le meilleur. :)

SENSIBLE WORLD OF SOCCER 

Support : Amiga 500 - Années : 1992-1994 - Genre: Foot

 

Que de souvenirs quand j'évoque les Sensible Soccer! Jeu de foot avec une vue du dessus et une maniabilité très dure à appréhender (le ballon ne collant pas au pied du joueur, c'est assez déroutant) (d'autant que je jouais au stick de l'Amiga 500), j'ai passé un nombre incalculable d'heures dessus quand j'étais enfant seul ou avec mes cousins. Il était possible de créer des équipes de A à Z donc je m'en donnais à coeur joie: j'avais fait l'équipe de ma famille, des stars de ciné, des légendes de l'OM, etc... J'y ai tellement joué que j'avais un très bon niveau. Nostalgiiiiie!

SHENMUE 

Support: Dreamcast - Année: 2000 - Genre: Action/Aventure

 

LE jeu phare de la Dreamcast, le voici. Shenmue, qui prenait place sur 4 GD-roms,  vous met dans le peau de Ryô Hazuki, qui décide de venger la mort de son père, assassiné devant ses yeux par Chang Long. Si le scénario est très classique, le concept du jeu est beaucoup plus original et constitue presque un nouveau genre, subtil mélange d'exploration, de baston, de RPG et d'aventure. Dans une ville vivante, qui respecte les cycles jour/nuit, il faudra interroger les habitants, faire des quêtes annexes, trouver du travail. On pourra même jouer à des jeux Sega dans des bornes d'arcade. A noter également la création des QTE pour les connaisseurs. Une aventure révolutionnaire! 

SHINOBI III 

Support : Megadrive - Année : 1993 - Genre: Action

 

Quel bonheur de jouer avec Joe Musashi, le plus célèbre Shinobi! A coups d'attaques éclair, de lancers de surikens et de doubles sauts, notre ninja préféré est plus agile que jamais pour affronter le déferlement d'ennemis et de boss spectaculaires qui lui feront face tout au long de son aventure. Deux niveaux au gameplay un peu original et plutôt stylés viennent apporter un peu de variété à l'ensemble: un à dos de cheval et l'autre sur une planche de surf autopropulsée. Pour le reste, c'est de l'action non-stop, saupoudrée de phases de plates-formes dans des décors riches et sombres. Shinobi III est considéré comme le meilleur épisode de la série par beaucoup et comme un incontournable de la Megadrive.

SONIC (la série) 

Support : Megadrive - Années : 1991/94 -

Genre: Plate-formes

 

Sonic, le plus célèbre des hérissons et la mascotte de Sega, a connu de nombreuses adaptations vidéoludiques mais je n'ai joué qu'à ses itérations sur Megadrive, avec une préférence pour Sonic 2 et Sonic & Knuckles. Les quatre jeux ont en commun un monde coloré, un level-design de grande qualité et une fluidité exemplaire malgré la vitesse de Sonic (sa marque de fabrique). A partir de Sonic 2 (par ailleurs, jeu le plus vendu de la Megadrive), des nouveautés appréciables font leur apparition: l'arrivée de l'inévitable compère Tails, la transformation en Super Sonic et les niveaux spéciaux en 3D qui me fascinaient à l'époque. Bref, Sonic c'est de l'action à 100 à l'heure et c'est surtout parfaitement culte.

SOUL CALIBUR 

Supports: Dreamcast / PS3&4 - Années: 1999 à 2018 - Genre: Baston

 

J'ai toujours eu une préférence pour les jeux de baston qui se jouent sur un plan 2D (comme Street Fighter ou KoF) mais Soul Calibur (I & II) fut un gros coup de coeur à sa sortie. J'y ai passé beaucoup d'heures en duel avec mes amis,  conquis par la beauté des graphismes, le charisme des personnages, l'univers mediéval-fantasy, les coups spectaculaires et la possibilité amusante (ou frustrante en fonction d'où on se place) de battre son ennemi grâce au ring out. Assurément, Soul Calibur est un grand jeu de baston.

SPACE CHANNEL 5 

Support: Dreamcast - Années: 2000 - Genre: Rythme

 

Parmi les jeux ovni qui m'ont séduit figure Space Channel 5, un jeu de danse/rythme paru sur Dreamcast. Le principe est complètement WTF, on incarne la rafraichissante Ulala, reporter intergalactique, qui doit sauver des terriens pris en otage par des extra-terrestres en... faisant danser tout le monde. Oui, bon. Grâce à son univers déluré et ses animations réussies, Space Channel 5 réussit sa mission de divertir, avec un challenge plus compliqué qu'il n'en a l'air. A noter la présence surprise (mais pas illogique) de Michael Jackson dans le second opus.

STREET FIGHTER (la série) 

Supports: Tous supports - Années: 

 

Depuis que j'ai découvert, des étoiles plein les yeux, le premier Street Fighter II sur Amiga 500, j'ai joué à absolument toutes les itérations sorties à ce jour du plus célèbre jeu de baston (tous les Street Fighter II, Alpha, III, EX, IV, V et les cross-overs). Street Fighter, c'est la série qui m'a donné le virus du jeu de combat et avec laquelle j'ai grandi. Je suis donc un incollable, je connais chacun des personnages, chacun des coups spéciaux. Mais je ne suis pas le seul à avoir été marqué par Street Fighter, plusieurs personnages (surtout les 12 présents dans le Street Fighter II originel) et coups spéciaux (les légendaires "Hadoken!" et "Shoryuken!") font partie de la culture populaire. Ce que j'adore dans les jeux de combat 2D, c'est qu'il sont à la fois techniques (il faut savoir maitriser son personnage) et tactiques (il faut connaitre le jeu de son adversaire et s'adapter pour vaincre) et avec Street, c'est que du bonheur!

Pour moi, Street Fighter, c'est mythique.

STREETS OF RAGE 2 

Support : Megadrive - Année : 1992 - Genre: Beat'em all

 

Un monument. Toutes les personnes ayant croisé la route de Streets of rage 2 étant enfants ou adolescents en parlent encore avec émotion. Pour faire clair, il s'agit du meilleur beat'em all de tous les temps. Les trois Streets of rage sont très bons mais c'est le second opus qui est le plus réussi. Ils ont en commun une ambiance unique, des musiques géniales, des graphismes très réussis pour l'époque et la possibilité de jouer en coopération (il était même possible de réaliser des attaques à deux). Quel plaisir de contrôler Axel, Blaze, Max ou Skate (chacun ayant ses propres caractéristiques) et d'enchainer les mandales et coups spéciaux sur la pègre locale. Et quand les poings ne suffisent pas, on peut toujours ramasser les armes de nos victimes et les utiliser contre les prochains assaillants. J'ai dû finir le jeu 1200 fois. Un monument je vous dis.

SUPER MARIO BROS 1, 2 & 3 / DUCK HUNT 

Support : NES - Année : 1987-1991 -

Genre: Plates-formes / Shoot

 

Je reconnais que c'est dommage de regrouper Duck Hunt et les trois premiers Super Mario Bros qui sont des monuments du jeu de plates-formes mais faute de place - et puisque la cartouche de mon premier jeu NES (et donc de mon premier jeu vidéo tout court) comprenait le premier Mario ET Duck Hunt. Si le dernier cité a pour lui l'originalité de pouvoir utiliser un pistolet livré avec la console, il reste amusant mais quand même lassant. Quant aux Mario, ils ont tout simplement contribué à populariser le jeu vidéo, en créant un standard de qualité pour les jeux de plates-formes. Comme dit (approximativement) le dicton: souvent copié mais rarement égalé. 

SUPER MARIO 64 

Support : Nintendo 64 - Année : 1997 - Genre: Plates-formes

 

Le savoir-faire de Nintendo en matière de jeux de plates-formes n'est plus à démontrer et chacune des nouvelles itérations de Mario est un modèle du genre. Mais Super Mario 64 reste un des meilleurs jeux de plates-formes de tous les temps. Révolutionnaire en son temps avec l'apparition de la 3D, jouabilité exemplaire, aventure variée et plaisante de bout en bout: une référence.

TEMPLE RUN 2 

Support : iOS - Année : 2013 - Genre: Runner

 

Unique jeu mobile présent dans la liste (et pour cause, c'est le seul auquel j'ai joué plus de 20 minutes) (exception faite pour le Snake sur Nokia 3310), Temple Run 2 (et même un peu le premier du nom) m'a fait chauffer le téléphone plus que de raison à sa sortie. Avec son principe tout simple (notre personnage court non stop et on doit swiper sur les côtés ou en hauteur pour choisir un chemin ou éviter les obstacles qui s'enchainent de plus en plus vite), Temple Run 2 est le jeu idéal pour une petite partie rapide aux toilettes ou en attendant quelqu'un. Il est en plus plutôt agréable graphiquement. Ce qui est très curieux, c'est que ce genre de jeux est surtout très frustrant et il n'est pas rare de crier de rage quand on perd bêtement après de longues minutes de course. Mais l'appétit du scoring, le besoin de se dépasser et de battre son propre record est trop attrayant et on y replonge facilement.

 

THEME PARK 

Support: Saturn - Année: 1994 - Genre: Gestion

 

A part des simulations de management de foot comme The Manager ou Football Manager, je n'ai pas souvenir d'avoir joué à des jeux de gestion. Ou du moins, aucun qui m'ait marqué durablement comme a pu le faire Theme Park.  Le concept du jeu est jubilatoire, et très différent de ce à quoi j'avais l'habitude de jouer, puisqu'il nous met dans la peau d'un manager qui doit construire , à partir d'un terrain vierge et d'une bourse prédéfinie, un parc d'attractions rentable. Il faudra donc investir dans des attractions spectaculaires qui attirent les clients mais aussi savoir bien disposer ses boutiques et restaurants, en trouvant le juste prix. Car il est possible de connaitre l'avis des clients et si ils sont mécontents, cela peut faire mauvaise presse et la fréquentation s'en trouverait touchée. Theme Park a une identité visuelle propre très séduisante et n'est pas dénué d'humour. Le cynisme de la gestion est d'ailleurs bien présent (et même ludique): saler les frites un peu plus que la normale permet par exemple d'envoyer plus facilement le chaland à la buvette. Imparable. Et j'en ai créé quelques uns des pars en co-gestion avec mon cousin JP. Passionnant.

TOMB RAIDER 

Support: Saturn - Année: 1996 - Genre: Action

 

Si il y a bien un jeu qui a fait parler de lui au milieu des années 90, c'est bien Tomb Raider. Eidos a été très inspiré de changer les codes en confiant le rôle de héros de jeu d'action à une héroïne qu'on ne présente plus: Lara Croft. Femme forte, solitaire mais quand même sexy, cette dernière est devenue une icône vidéoludique, et même plus que ça puisqu'elle est intégrée dans la culture pop et a même vu ses aventures adaptées en de (mauvais) films. Mais Tomb Raider, c'est surtout un jeu d'action-aventure teinté de plates-formes, le tout à la 3ème personne, qui a su donner ses lettres de noblesse au genre. A sa sortie, le fait de pouvoir se déplacer librement dans ces décors 3D et de mêler habilement gunfights, énigmes et pièges à éviter dans des phases de plates-formes a fait l'effet d'une bmbe dans le monde du jeu-vidéo. De plus, il fallait un petit temps d'adaptation à la jouabilité et la difficulté était au rendez-vous, le challenge était donc coriace. Je me rappelle avoir été marqué par l'animation du saut de l'ange donc dès qu'il y avait un point d'eau et un peu de hauteur, je faisais plonger Lara. :)

TOP SPIN 4 

Support : PS3 - Année : 2011 - Genre: Tennis

 

Top Spin 4, c'est tout simplement la meilleure simulation de tennis à laquelle il m'ait été donné de jouer. Contrairement à l'excellent Virtua Tennis de Sega qui se veut beaucoup plus arcade, Top Spin a une approche très réaliste, avec de superbes animations, une gestion de la fatigue et un gameplay aussi riche qu'intuitif, faisant la part belle aux tacticiens. Et comme j'adore les jeux dans lesquels il faut trouver la faille chez l'adversaire, celui-ci ne pouvait que me séduire. Jeu, set et match !

TWISTED METAL 2 

Support : PS1 - Année : 1997 - Genre: Action

 

Twisted Metal 2 est le seul jeu Playstation 1 de ma liste (beaucoup d'autres sont sortis sur la console mais je ne les ai pas essayés dessus) et a une place particulière dans ma mémoire. En effet, quand j'étais au collège, après les cours, j'allais avec mon ami Marc dans un magasin de jeux vidéo qui avaient des consoles à disposition et louait des jeux à l'heure. Et invariablement, on jouait à Twisted Metal. Le jeu n'était pas particulièrement beau mais on s'amusait beaucoup à se battre dans une ambiance bourrine avec ces véhicules suréquipés. Et on revenait souvent dans l'arène de Paris, dans laquelle il était possible de casser la Tour Eiffel et de rouler dessus.

UNCHARTED (La série) 

Supports: PS3 et PS4 - Années: 2007-2016 - Genre : Action

 

Ah la saga Uncharted, je l'aime d'amour! Avec une préférence pour les épisodes 2 et 4, qui sont de véritables cadeaux du ciel. Tout est (très) (très) bon dans les Uncharted : une mise en scène de dingue, des graphismes à tomber, une jouabilité aux petits oignons, un héros (Nathan Drake pour ne pas le nommer) drôle et attachant, quelques seconds rôles intéressants, un spectacle de tous les instants, un plaisir de jeu immense, un équilibre action / plates-formes / énigmes parfaitement maitrisé, bref c'est l'aventure avec un grand A. Et histoire de bien achever la concurrence, les softs proposent (à partir du 2) un surprenant mode multijoueurs très amusant et addictif, sur lequel j'ai passé de nombreuses heures en ligne avec Pierre-Yves. Anthologique.

URBAN STRIKE 

Support: Megadrive - Année: 1994 - Genre: Action

 

Après Desert Strike et Jungle Strike, voici le troisième (et dernier) volet de cette série d'action au contrôle d'un hélicoptère sur Megadrive. Rien de bien neuf par rapport aux anciens volet, si ce n'est des phases à pied (sans grand intérêt), des véhicules inédits (comme la moto ou le blindé) et un nouveau cadre: la ville (bien que le jeu débute dans la jungle). Sinon, vous pilotez toujours un hélicoptère bien armé et devez remplir différentes missions (éliminer des cibles, secourir des prisonniers, détruire des éléments précis,...) dans des décors en 3D isométrique tout en gardant un oeil sur votre carburant, vos munitions et votre blindage. Si Urban Strike est un jeu est plutôt complexe (il faut notamment un peu de temps pour appréhender la maniabilité assez spéciale), il n'en reste pas moins différent de ce que l'on a l'habitude de voir dans les productions vidéoludiques. Prenant et difficile, on tient là un très bon shoot'em up.

VIRTUA TENNIS 1 & 2

Support: Dreamcast - Année: 1999/2001 - Genre: Tennis

 

La Dreamcast avait vraiment tout de la console fun, proposant dans son catalogue un tas de jeux arcade et très amusants. Virtua Tennis (et encore plus sa suite) rentrait parfaitement dans cette catégorie. Véritable référence du jeu de tennis (et plus accessible qu'un Top Spin), Virtua Tennis doit son succès à un gameplay parfait, à la fois accessible mais permettant une grosse marge de progression et une technique sans faille. Les 16 joueurs proposés dans VT2 (8 hommes, 8 femmes) sont classés en catégories (Fast runner, Hard hitter,...), chacun pouvant trouver un style qui lui correspond. Et je me suis éclaté en fond de court à pousser mon adversaire à la faute. 

WARIO WARE 

Support: GameCube - Année: 2004 - Genre: Party game

 

Moi qui suis complètement friand de petits jeux débiles, je ne pouvais que succomber au charme (ce n'est pas le bon mot, c'est extrêmement laid) de Wario Ware. Concrètement, le concept est aussi simple qu'original: on enchaine des séries de vingt mini-jeux (dont certains reprennent des passages de classiques de jeux Nintendo) qui durent trois secondes chacun et durant lesquels il fois à la fois comprendre ce qu'il faut faire et l'exécuter (avec un nombre de vies limité). Ce qui s'avère très drôle puisque les épreuves sont aussi simples que débiles (mettre un doigt dans le nez, laver des dents sales,...) mais avec le rythme imposé, ce n'est pas toujours aussi aisé que ça ne peut paraitre. Comme je le disais, le jeu est vraiment moche mais ça contribue à l'univers complètement loufoque du titre, que seuls les Japonais auraient pu créer. Aussi osé que basique, aussi novateur qu'euphorique, Wario Ware est avant tout un jeu hilarant.

THE WARRIORS 

Support : PS2 - Année : 2005 - Genre: Beat'em all

 

Depuis le mythique Streets of Rage 2 sur Megadrive (1992 quand même), le genre du beat'em all coopératif à l'ancienne est quelque peu passé aux oubliettes. Adapté du film The Warriors - Les Guerriers de la Nuit (Walter Hill, 1979), ce jeu de Rockstar remplit très bien son rôle (sans arriver au niveau du maître bien sûr). Dans un univers sombre fidèle à celui du film, on incarne plusieurs membres du gang des Warriors, dont le tout nouveau, Rembrandt, futur as du tag, qui devra prouver sa valeur. Et pour ça, il ne faut pas chercher midi à quatorze heures: il faut imposer le respect en tapant sur les autres gangs. Pas très intelligent mais jouissif manette en main. Grâce à un grand nombre de mouvements (dont des prises à deux), une ambiance glauque et la violence des impacts, The Warriors réussit dans sa mission: on s'éclate en éclatant des tronches! 

WCW vs NWO: REVENGE 

Support : Nintendo 64 - Année: 1998 - Genre: Catch

 

Avec WCW vs NWO World Tour puis Revenge, THQ trouvait une formule parfaite pour le jeu de catch. Avec un gameplay très plaisant mais aussi riche, il y avait de quoi bien s'amuser avec les amis. Et croyez-moi, on ne s'en est pas privés. La formule a d'ailleurs été réutilisée (encore une fois avec succès) avec Def Jam Vendetta quelques années plus tard. 

WORLD CUP 

Support : NES - Année : 1990 - Genre: Foot

 

Si le titre de Nintendo est très classique, au même titre que la jaquette, il n'en est rien en ce qui concerne le jeu en lui-même. Alors, certes, deux équipes s'affrontent et la formation gagnante sera celle qui aura marqué le plus de buts mais voilà le seul point commun avec une simulation de football. Pour le reste, c'est de l'arcade à l'état pur: seulement six joueurs par équipe, aucun arbitre (et ça se fait sentir puisqu'aucune faute n'est sifflée), des tacles assassins, des coups d'épaule (lorsqu'un joueur subit trop de coups, il peut d'ailleurs tomber dans le coma jusqu'à la fin du match sans être remplacé), des terrains variés (un avec des cailloux par exemple, qui font trébucher ou sauter les joueurs, ou un autre verglacé qui permet de faire des longs tacles) et enfin des super tirs qui peuvent traverser le terrain et emporter tout sur leur passage. Bref, c'est du n'importe quoi mais c'était très amusant. 

WORLDWIDE SOCCER '97 

Support : Saturn - Année : 1996 - Genre: Foot

 

Dans le milieu des années 90, Sega frappe très fort avec la sortie d'une nouvelle licence de foot qui écrase instantanément toute la concurrence: Worldwide Soccer 97. Pas de clubs dans cette édition (sa suite en proposera quelques uns), juste des sélections nationales mais qu'importe puisque le plaisir de jeu est total. Après un petit temps d'adaptation à la vue et au rythme assez lent (mais qui permet au final de mieux construire ses actions), on s'éclate à diriger son équipe, grâce à une jouabilité intuitive et une palette de mouvements très complète, le tout enrobé par des graphismes très flatteurs en 1996 (bon, forcément, aujourd'hui, la 3D a pris un sacré coup). Etant un fan de ballon rond, je me suis éclaté sur ce titre, qui était l'un des plus sérieux arguments de la Saturn face à l'émergence de la nouvelle venue dans le monde du jeu vidéo, une certaine Playstation.

WWE SMACKDOWN! SHUT YOUR MOUTH

WWE SMACKDOWN! HERE COMES THE PAIN

WWE SMACKDOWN vs RAW  

Support: PS2 - Années: 2002-2003-2004 - Genre: Catch

 

La série des Smackdown! sur PS2 (j'adore le titre Shut your mouth que je trouve complètement WTF au passage) est une bénédiction pour les amoureux de catch. Hyper complets en terme de contenu (de très nombreux catcheurs et modes de jeu), possédant un gameplay riche et plaisant (beaucoup de prises et de moyens d'estropier son opposant), avec des graphismes qui tiennent la route et une ambiance fidèle (avec notamment les entrées sur le ring propres à chaque catcheur, musiques originales incluses), on peut dire que THQ ne se moque pas du joueur et lui propose même la simulation ultime de catch. Cerise sur le gâteau : un mode création. Il est donc possible de créer son catcheur de A à Z, que ce soit au niveau de la physionomie, de la palette de prises (énorme) à son intro. Quand chacun de ses amis a son propre catcheur, c'est que du bonheur de s'affronter. Et je peux vous dire que mes TS4U (Too Strong For You) et The Bouncer ont fait mal! :-p

WWF WRESTLEMANIA : THE ARCADE GAME 

Support: Saturn - Année: 1995 - Genre: Catch

 

Dans une période de mon adolescence où j'étais un grand fan de catch (je suivais avec délectation les shows sur Canal +), retrouver mes catcheurs préférés (The Undertaker, Shawn Michaels, Razor Ramon, Bret Hart, Lex Luger, Yokozuna, Doink the clown et Bam Bam Bigelow - rien que d'énumérer ces noms me donne le sourire) parfaitement digitalisés dans un jeu d'arcade complètement délirant était un immense bonheur. En effet, les légendes du catch possédaient chacune des coups spéciaux irréalistes qui donnaient au soft une saveur de mélange entre catch et jeu de baston. L'ambiance de ce show sportif ultra populaire aux Etats-Unis est très bien retranscrite, notamment grâce au parti pris réaliste choisi par Acclaim avec ses digitalisations des personnages très réussies et un univers sonore approprié. En bref, il s'agissait là d'un divertissement complètement réjouissant, qui était un prolongement bienvenu des shows TV que je suivais le week-end.

X-MEN 2: CLONE WARS 

Support: Megadrive - Année: 1995 - Genre: Action

 

Les X-Men ont toujours eu une place privilégiée dans mon coeur. Sans que je sache trop définir pourquoi, parmi tous les univers de super-héros, ils ont toujours été mes préférés. Mais une excellente licence ne fait pas forcément un bon jeu. Sauf que dans ce cas précis, c'est une pure réussite. Le jeu démarre d'ailleurs de façon très originale: à peine la cartouche insérée, on est plongé dans le premier niveau, attaqué par un ennemi. Direct dans le bain! Autre point positif, il est possible de changer de personnage entre chaque niveau afin d'exploiter au mieux les capacité de chacun.  Il est donc possible d'appréhender chaque passage de plusieurs façons différentes, ce qui hausse la durée de vie. Et puis quel plaisir de jouer avec tous ces personnages que j'adore (Wolverine, Cyclope, Gambit, Psylocke, Nightcrawler ou Le Fauve) et leurs pouvoirs respectifs ! D'autant que le jeu est beau et le challenge bien présent. Du tout bon !

YAKUZA 

Support: PS2 - Année: 2006 - Genre: Action

 

Yakuza, c'est un peu une version plus violente et moderne (mais moins profonde) de Shenmue. Dans un Tokyo déchiré par les luttes de gang, le jeu nous fait plonger dans l'univers impitoyable des yakuzas, où la violence et la criminalité sont monnaie courante. Vous incarnez Kiryû Kazuma, dit le "Dragon de Dojima", sorti après dix années en prison et devant reprendre ses marques au sein de la mafia tokyoïte. Si la liberté n'est au final pas tant que ça au rendez-vous, le jeu propose tout de même pas mal de variété, avec quelques mini-jeux (comme le baseball) ou le fait de pouvoir se détendre dans un bar à hôtesses. Mais outre la progression dans le scénario, qui se trouve être plutôt mature et intéressant, le plus grand intérêt de Yakuza repose dans ses combats. Ces derniers sont bien gérés, violents à souhait (on peut même utiliser des accessoires ou le décor pour mieux estropier ses agresseurs) et l'évolution des capacités de notre héros (assez charismatique au passage) est intéressante. Brutal!