ces jeux

PARTIE 2 : ORDRE ALPHABÉTIQUE N-Z

 

 

 

Après mes films, livres et séries préférés, j'ai décidé de me plonger dans la liste des 100 jeux ayant marqués ma vie de gamer. Ce n'est donc pas la liste des 100 meilleurs jeux vidéo de la création, juste ceux avec lesquels je me suis beaucoup amusé. Il manque donc des jeux cultes, sachant par exemple je n'ai jamais possédé la Super Nintendo ou la Playstation (donc oui, pas de Metal Gear Solid, de Final Fantasy VII, etc). De même, j'ai toujours été amateur de jeux au fun immédiat comme les jeux de baston, de sport, d'action, les party-games, les jeux arcade et donc en particulier les jeux multi-joueurs et n'ai donc jamais eu la patience pour des RPG ou jeux d'aventure trop longs (pas de Zelda, de GTA, de Read Dead Redemption, etc). Au niveau des consoles de jeux, je suis passé par la NES, l'Amiga 500, la Megadrive, la Saturn, la Nintendo 64, la Dreamcast, la Playstation 2, le GameCube, la XBox 360, la Playstation 3 et la Playstation 4. Bref, sans plus attendre, voici cette fameuse liste des 100 jeux m'ayant marqué (et une petite page bonus pour les Mentions honorables qui ont loupé cette sélection faute de place):

 

NEED FOT SPEED: HOT PURSUIT 

Support : PS3 - Année : 2010 - Genre: Course

 

Après quelques épisodes basés sur le tuning qui me laissaient de marbre, Need for speed revient à ses premières amours avec Hot Pursuit et le moins que l'on puisse dire, c'est que ça dépote. Le concept de cette série de jeux de courses est unique et enthousiasmant puisqu'il propose des courses poursuite entre fous du volant et forces de l'ordre dignes des blockbusters américains. Choisissez un camp, la fuite ou la poursuite, et foncez à toute allure avec des véhicules brillamment modélisés et utilisez les armes à disposition pour vaincre. Si un mode 2 joueurs en écran splitté fait cruellement défaut, les parties en ligne sont endiablées. Spectaculaire et palpitant, Hot Pursuit rend ses lettres de noblesse à Need for speed.

NIDDHOG 

Support : PS4 - Année : 2014 - Genre: Action / Escrime

 

Je pourrais résumer Nidhogg, ovni vidéoludique, ainsi: c'est l'un des jeux les plus laids, les plus simples et les plus drôles auquel il m'ait été donné de jouer. Avec des graphismes on ne peut plus simplistes (mais qui au final lui donne une identité) (perdue dans sa suite) et un principe des plus basiques (deux escrimeurs se font face et doivent s'entretuer un certain nombre de fois pour arriver au bout d'un niveau), on arrive à s'amuser, à stresser et à essayer des petites stratégies pour surprendre son adversaire, le tout avec un grand sourire sur le visage.

 

NIGHTS: INTO DREAMS 

Support: Saturn - Année: 1996 - Genre: Action

 

La sortie de Nights: Into Dreams sur Saturn avait fait grand bruit à l'époque. Déjà car Sega s'offrait un nouveau titre exclusif de grande qualité, différent de ce que l'on avait l'habitude de voir et qui, chose unique, était commercialisé avec un nouveau pad, ayant la particularité de proposer en plus un stick analogique (ce qui est très commun aujourd'hui mais qui était révolutionnaire en 1996). L'objectif de la Sonic Team (conceptrice du soft) était de donner au joueur un sentiment de liberté dans un monde féérique et c'est réussi. Si la 3D qui faisait merveille à l'époque a certainement mal vieillie avec ses gros pixels et que le jeu manquait de challenge, Nights: Into Dreams peut se targuer d'être unique par son monde et les sensations qu'il procure et d'avoir marqué en son temps la console 32 bits de Sega.

NIGHT WARRIORS / DARKSTALKERS 

Support : Saturn - Année : 1996 - Genre: Baston

 

Darkstalkers, Night Warriors, Vampire Savior, Vampire Hunter, difficile de s'y retrouver avec tous ces noms qui désignent pourtant la même saga vidéoludique. Développé par Capcom, on sent immédiatement le savoir-faire de la firme en matière de jeux de baston tant on sent la patte de Street Fighter pour ce qui concerne le gameplay. L'habillage est évidemment bien différent et pour notre plus grand bonheur puisqu'il s'agit d'un des gros points forts du titre: son univers. Si le casting est assez faible en quantité, il est en revanche de grande qualité puisqu'il regroupe que des monstres mythiques de la culture populaire (vampire, loup-garou, zombie,...) avec un character design intelligent, le tout avec une direction artistique proche du dessin animé et de très beaux décors. Pour le fan de baston 2D que je suis, les Darkstalkers ne pouvaient me rendre indifférent.

OBSCURE 

Support : Playstation 2 - Année : 2004 -

Genre: Survival-Horror

 

Les français se lancent dans le genre du survival-horror et le résultat est étonnamment réussi. En mettant en scène une bande d'ados dans un cadre qui nous parle à tous, le lycée, et en l'y agrémentant de quelques monstres aussi moches que pas très sympas, les développeurs réussissent à créer une ambiance flippante qui n'est pas sans rappeler un film que j'avais adoré: The faculty, de Robert Rodriguez. Lors de l'aventure, vous pourrez contrôler au choix l'un des cinq adolescents du groupe, chacun ayant une compétence particulière, ce qui est une idée de gameplay intéressante.  Avec une belle ambiance sonore (et des voix françaises), une influence évidente du maitre du genre Resident Evil et quelques moments qui vous feront décoller de votre siège, Obscure nous amuse et nous fait peur à la fois, bref, il nous divertit.

OUTRUN 

Support : Megadrive - Année : 1987 - Genre: Course

 

Sega fait plaisir aux joueurs en adaptant sur Megadrive l'un de ses grands classiques des bornes d'arcade, OutRun. Si rouler (pour de faux) à toute vitesse cheveux au vent dans des décors ensoleillés à bord d'une Ferrari Testarossa rouge vif et accompagné d'une jolie (du moins on l'imagine comme telle) blonde vous branche, OutRun est fait pour vous. Si la conversion est un peu douloureuse sur Megadrive (des graphismes en deça de l'arcade -évidemment-) et que quelques défauts sont à signaler (notamment un bruit de moteur étrangement inexistant et une durée de vie vraiment très faible, le jeu pouvant être bouclé en une vingtaine de minutes), l'essentiel est ailleurs puisque le plaisir d'avaler les kilomètres dans des décors colorés avec une rafraîchissante sensation de liberté est bien là.

PAC-MAN 256 

Support : PS4 - Année : 2015 - Genre: Pac-Man ^^

 

C'est souvent dans les vieux pots qu'on fait les meilleures soupes. Classique parmi les classiques, Pac-Man a traversé les générations de jeux vidéo. Jamais je n'aurais pensé être autant accroché à un Pac-Man en 2020 et pourtant, impossible de lâcher la manette une fois la partie lancée. Cette mise à jour en 3D isométrique propose de nombreux ajouts très plaisants, en plus d'un gameplay aussi simple qu'efficace: des power-ups variés et amusants, à débloquer au fur et à mesure de notre progression, des styles graphiques aussi nombreux que différents et une proposition de jeu combinée à du endless runner qui permet de proposer un challenge intéressant avec des niveaux infinis. Bougrement addictif !

PANG 

Support : Amiga 500 - Année : 1989 - Genre: Action

 

On ne se refait pas, j'aime ce genre de petits jeux aux concepts simples, amusants et addictifs. Surtout quand on y ajoute une couche de nostalgie puisque Pang est l'un de mes premiers jeux vidéo. Equipé de votre "pistolet-grapin" vous devez tirer sur des boules qui se divisent en plusieurs boules plus petites et ainsi de suite. Le but du jeu est d'éliminer toutes les boules sans se faire toucher, ce qui devient évidemment de plus en plus compliqué au fur et à mesure que la partie avance puisqu'on peut se retrouver encercler de tas de mini boules. Heureusement, des power-ups sont là pour nous faciliter la tâche. Il fallait faire preuve de concentration et de sang froid avec Pang et c'était très distrayant.

PANZER DRAGOON ZWEI 

Support: Saturn - Année: 1996 - Genre: Action

 

Je me rappelle que la sortie de Panzer Dragoon Zwei m'avait marquée. J'avais découvert le jeu lors d'une démo (certains magazines proposaient des CD avec des démos de plusieurs jeux, ce qui était révolutionnaire sur consoles à l'époque) et ce titre m'avait scotché. Par son ambiance unique (un subtile mélange d'action et de poésie, de futuriste et de primitif) et son gameplay intéressant (un shoot'em up - ou plutôt un rail shooter puisque le paysage défile tout seul - avec un système de lock et d'esquives plaisant, une touche de RPG, sans compter qu'explorer le monde à dos de dragon est plutôt peu commun), cette suite de Panzer Dragoon était une bénédiction pour la Saturn, qui voyait là un titre exclusif brillait de mille feux. Sega serait d'ailleurs bien inspiré de réaliser un nouvel opus de Panzer Dragoon sur les dernières générations de consoles, la technologie actuelle sublimerait cet univers formidable.

 

 

PEGGLE 1 & 2 

Supports : Nintendo DS et PS4 - Année : 2008/2013 - Genre: Puzzle game

 

J'ai toujours eu un petit faible pour les jeux à la con, ces jeux tout simples, aux graphismes basiques mais au fun immédiat. Peggle entre parfaitement dans cette catégorie. J'ai découvert le premier sur DS et ai immédiatement acheté le second sur PS4 et les ai dévoré tous les deux. Le principe ressemble un peu à du flipper puisqu'avec un canon au dessus de l'écran, on doit faire disparaitre tous les taquets de couleurs, à l'aide d'une dizaine de billes et de coups spéciaux propres à chaque personnage. C'est pas forcément clair à expliquer mais croyez-moi, c'est addictif ! L'ambiance du jeu est délirante et chaque dernière bille victorieuse (Extreme fever) est accompagnée de L'hymne à la joie, ce qui est assez jouissif. Seul ou à deux, il y a donc moyen de bien s'amuser avec Peggle !

PERFECT DARK 

Support : Nintendo 64 - Année : 2000 - Genre: FPS

 

Trois ans après l'inoubliable Goldeneye, Rare frappe à nouveau très fort avec un nouveau FPS parfaitement adapté à la manette N64.  Même si j'ai préféré l'habillage James Bond, Perfect Dark est la suite spirituelle de Goldeneye, reprenant merveilleusement la même recette. Avec en bonus, quelques armes dingues pour le multijoueurs, toujours aussi efficace.

PORTAL 2 

Support: PS3 - Année: 2011 - Genre: Réflexion / FPS

 

Portal 2 est une expérience vidéoludique unique et formidable. Fait rare pour moi, c'est un jeu que j'ai parcouru d'un bout à l'autre en coopération en ligne avec mon ami Guillaume. A l'aide d'un portal gun permettant d'ouvrir un passage entre deux points, de bubes optiques, de lasers et autres ponts de lumière, vous devrez résoudre nombre de puzzles tarabiscotés pour passer dans la salle suivante. Et le level design est tellement ingénieux que c'est un plaisir immense de se creuser les méninges pour résoudre les énigmes proposées (et c'est même très drôle lorsque vous le faites à deux et que vous avez envie de vous arracher les cheveux). La campagne solo est parait-il grandiose, je n'ai testé que le coop qui est génial. Portal 2 est un grand jeu intelligent. En un mot: brillant.

POWER STONE 1 & 2 

Support : Dreamcast - Années : 1999/2000 - Genre: Baston

 

Power Stone est une nouvelle licence baston de l'inévitable Capcom sortie sur Dreamcast. Le principe est tout de même différent des autres références du genre: ici, nous avons droit à une vue lointaine dans un environnement 3D rempli de mobilier qui sera bien utile lors des combats: en effet, il est possible de grimper dessus ou carrément de les envoyer sur l'adversaire. De plus, il était possible de se métamorphoser en robot surpuissant une fois qu'on avait collecter dans la douleur 3 gemme disséminées dans le décor. A noter que la suite permettait de jouer jusqu'à quatre, pour encore plus de bazar et d'action. Fun assuré!

PRINCE OF PERCIA 

Supports: Amiga 500 et Megadrive - Année: 1989 -

Genre: Plates-formes

 

En 1989 sortait une bombe qui fera date dans le jeu vidéo: Prince of Persia. Fait incroyable, le jeu a été pratiquement réalisé dans son intégralité par un seul homme: Jordan Meshner (chapeau bas, monsieur!). Dans la Perse antique, un putsh est réalisé par un vizir mal intentionné: vous êtes enfermé dans un donjon et devez secourir votre bien aimée séquestrée à l'opposé du palais (malin, il l'a pas placée dans la pièce à côté). Vous avez 1h pour la sauver (oui, à l'époque, il n'y avait pas de sauvegarde), sans quoi elle sera exécutée. Vous voilà donc aux commandes du héros princier, à l'animation bluffante de réalisme, à parcourir un labyrinthe truffé de pièges, de séquences de plates-formes se jouant au pixel près et de combats face à des ennemis armés. Prince of Persia m'a marqué à vie. Ce jeu est une légende.

PRINCE OF PERSIA: LES SABLES DU TEMPS 

Support : PS2 - Année : 2003 -

Genre: Action / Plates-formes

 

Pour d'autres jeux, lorsqu'il s'agissait de suite, je les ai regroupées en un seul titre. Pour le cas présent, vu qu'il y a quatorze ans qui séparent les deux jeux et surtout un bon technique incroyable, j'ai décidé de séparer le Prince of Persia original et Les sables du temps qui furent deux superbes expériences de jeux vidéo. Dans ce dernier, l'essence de Prince of Persia est heureusement respectée avec notamment une ambiance Mille et une nuits appréciable et une animation formidable. Notre prince est, Dieu merci, très agile (sympas ces wall runs), ce qui permet de se sortir de positions délicates, que ce soit en phases de plates-formes (avec un chouette level-design) ou en combat. L'utilisation de pouvoir du temps (ralenti, retour en arrière) s'avère aussi très intéressante.  Un grand jeu!

PROBOTECTOR 

Support : Megadrive - Année : 1994 - Genre: Shoot'n jump

 

Après avoir longtemps fait le bonheur des consoles Nintendo, Konami se décide enfin à adapter son mythique shoot Contra sur Megadrive. Au passage, la licence changera de nom chez nous et deviendra Probotector, un épisode inédit qui plus est. Et le résultat est détonant: un concentré d'action non-stop, un spectacle de tous les instants et bien sûr une difficulté qui mettra à mal les plus zens d'entre vous. Probotector c'est ce qui se fait de mieux dans le genre shoot'n jump (ou run & gun), ça tire dans tous les sens, c'est nerveux au possible mais ça reste toujours fluide. Le challenge est corsé mais bizarrement, on ne se lasse pas d'essayer et essayer encore à aller toujours plus loin.

PRO EVOLUTION SOCCER 4, 5 et 6 

Support: PS2 - Années: 2004/2005/2006 - Genre: Foot

 

Après les excellents International Superstar Soccer sur Super Nes, Playstation et Nintendo 64, la série se transforme en Pro Evolution Soccer et en profite pour mettre de côté son orientation arcade afin de se rapprocher d'une vraie simulation de foot. Et le résultat est incroyable ! Avant que FIFA ne reprenne le leadership vers 2008, PES (pour les intimes) régnait sans conteste en maitre sur le terrain du jeu de foot. Grâce à un gameplay exceptionnel, PES m'a scotché à l'écran, grâce à son légendaire mode solo Ligue des Masters ou ces innombrables parties à deux ou à quatre (et notre mythique tactique -et chanson- du "Double rideau" avec Romain) (avec petite chorégraphie après chaque but marqué histoire d'agacer un peu plus l'adversaire). Pour la petite histoire, j'ai participé à la PES League de Marseille et suis arrivé en finale sur PES 4, avec mon match diffusé sur écran géant, avec commentaire en direct. 
Bref, PES c'est mythique.

PROJECT JUSTICE 

Support : Dreamcast - Année: 2001 - Genre: Baston

 

Project Justice, alias Rival Schools 2 pour les puristes, est une nouvelle licence baston d'un des maitres du genre Capcom qui met temporairement Street Fighter de côté. On reconnait d'ailleurs l'influence évidente de son aîné, notamment dans le gameplay. Project Justice est un jeu de combat modélisé en 3D mais qui se joue sur un axe 2D. Son originalité est de proposer des personnages (charismatiques pour la plupart) issus d'une école: donc oui, on se bat avec des élèves et des professeurs dotés de coups spéciaux, dans une ambiance manga, avec un gameplay plutôt technique permettant des attaques combinées à trois. Une excellente alternative aux cadors du genre donc.

 

RESIDENT EVIL: CODE VERONICA 

Support: Dreamcast - Année: 2000 - Genre: Survival-Horror

 

N'ayant pas eu la Playstation, je suis passé à côté des premiers Resident Evil, bien que j'ai été marqué par le premier pour l'avoir testé. Je me suis donc réellement plongé dans cette saga culte avec Code: Veronica sur Dreamcast et la claque n'en fut pas moins forte. Une fois la maniabilité particulière assimilée, on se régale à se faire peur dans ces beaux décors 3D infestés de zombies où la pression est constante et le scénario réserve au moins une surprise. Un grand Resident Evil. Un grand jeu.

ROAD RASH 3 

Support : Megadrive - Année : 1995 - Genre: Course arcade

 

La série des Road Rash propose de participer à des courses de motos un peu particulières puisque tous les coups sont permis. En effet, pour vous aider à dépasser vos adversaires et franchir la ligne d'arrivée en premier, vos compétences de pilotes ne sont pas les seules requises. En plus du simple coup de pied, vous avez la possibilité de gazer vos concurrents, de laisser des clous sur la route, de mettre des coups de pied, de batte de baseball ou de... nunchaku. Le mode deux joueurs en écran splitté est toujours disponible pour plus de brutalité sur le bitume, de même que les obstacles sur la route. Road Rash 3 offre aux joueurs de nouvelles bécanes déblocables en gagnant de l'argent en fonction du classement, des courses aux quatre coins du monde et de nouveaux graphismes digitalisés (pas forcément du meilleur effet). Fun et sauvage!

ROCKET LEAGUE 

Support : PS4 - Année : 2015 - Genre: Action

 

Digne héritier de Supersonic Acrobatic Rocket-Powered Battle-Cars (le nom n'est pas une blague), Rocket League (plus pratique quand même) est un jeu hautement atypique qui met en scène des équipes de 2, 3 ou 4 bolides qui s'affrontent dans des arènes fermées et doivent marquer des buts avec un ballon géant. Oui, étrange. Mais très amusant. Après un petit temps d'adaptation, on prend un réel plaisir à jouer en ligne avec ses amis, grâce à un principe simple et un gameplay nerveux. À noter que le jeu est plutôt agréable visuellement (d'autant qu'il est disponible en free-to-play) et qu'il y a une marge de progression intéressante pour le joueur. Idéal pour des parties rapides et funs entre potes.

ROCK'N ROLL RACING 

Support : Megadrive - Année : 1993 - Genre: Course

 

Dès l'écran titre, le ton est donné: Bad to be bone de Goerge Thorogood en bande-son, ça dépote bien comme il faut. Et les autres musiques du jeu ne sont pas en reste puisque de grands noms du rock (Black Sabbath, Deep Purple,...) sont présents. Sinon il s'agit d'un jeu de course futuriste en 3D isométrique qui nous emmène dans six planètes différentes  pour autant d'environnements et le but est évident: finir premier (contre trois adversaires), en utilisant tous les moyens à disposition (missiles, mines). Finir aux meilleures places permet de gagner de l'argent, ce qui donne la possibilité d'améliorer son véhicule et ses équipements ou de pouvoir financer sa participation à de nouvelles courses. Doté d'un mode deux joueurs en écran splitté, Rock'n roll racing est très amusant à jouer et son ambiance (avec un commentateur pendant la course) n'y est pas étrangère.

LE ROI LION 

Support : Megadrive - Année : 1995 - Genre: Plates-formes

 

Deux ans après l'excellent Aladdin, voilà une nouvelle immense licence Disney adaptée avec grand talent sur Megadrive. Encore une fois, il s'agit d'un jeu de plates-formes graphiquement soigné, coloré et aux animations léchées. Les amateurs du dessin animé retrouveront d'ailleurs les environnements et les musiques de l'oeuvre originale. Là où Le Roi Lion surprend, c'est dans l'évolution de son héros et du gameplay: en effet, dans les premiers niveaux, on incarne un Simba jeune puis une version adulte un peu plus tard, avec les changements de gameplay qui en découlent (Simba peut se battre en adulte par exemple). Autre chouette originalité: des séquences où Simba court de face, face à l'écran et doit éviter des obstacles. 

Fidèle, beau et varié, voilà donc un bon jeu de plates-formes!

SAMURAI SHODOWN (la série) 

Support : Tous supports - Années : 1993-2019 -

Genre: Baston

 

Niveau création de jeux de baston cultes et de personnages charismatiques, SNK s'y connait. Aux côtés des Fatal Fury, King of Fighters et autres Art of Fighting trône la mythique séries des Samuraï Shodown (Samuraï Spirits au Japon) qui se différencie de ses concurrents en proposant des combats à l'arme blanche dans un Japon médiéval. L'ambiance (les superbes décors, les musiques, les bruits des lames qui s'entrechoquent), les personnages (les magnifiques Haohmaru, Genjuro, Ukyo, Basara, Shiki entre autres) et la violence des dégâts infligés (armes blanches obligent) font des SamSho une série à part et formidable dans le monde de la baston 2D. Je suis d'ailleurs très heureux de voir débarquer un reboot en 2019.

SECOND SIGHT 

Support : PS2 - Année : 2004 - Genre: Infiltration /Action

 

Après un excellent TimeSplitters 2, Free Radical a enchainé avec Second Sight qui fut une très bonne surprise, d'autant que je me suis lancé dans le jeu sans attente particulière. Si la patte graphique n'était pas particulièrement séduisante, la construction du jeu (avec deux trames parallèles) et le gameplay sont les deux attraits principaux. L'utilisation des pouvoirs psychiques du personnage principal était hyper jouissive et bien pensée. On pouvait ainsi prendre le contrôle d'une autre personne, déplacer des objets via télékinésie et pas mal d'autres possibilités. De même, il y avait deux approches possibles, le bourrinage avec des armes ou la furtivité, pour avancer dans les niveaux et les deux variantes étaient aussi plaisantes. Etant fan depuis petit des X-Men, je me suis amusé comme un petit fou à contrôler ce John Vatic qui découvrait petit à petit tous ses pouvoirs surnaturels.

SEGA RALLY 

Support: Saturn - Année: 1994 - Genre: Course

 

Adapté de la borne d'arcade culte, Sega Rally sur Saturn est une superbe réussite. Malgré un contenu famélique (quatre circuits et trois voitures), le jeu donne envie de se perfectionner, se dépasser, de battre des records au centième près en concourant contre le fantôme du meilleur temps en cours, et ça, c'est la marque des grands. Il fallait ainsi connaitre les circuits (Desert, Forest, Mountain et Lakeside en bonus) sur le bout des doigts et maitriser à la perfection la Toyota Celica, La Lancia Delta ou la très rapide mais injouable Lancia Stratos (des noms qui doivent chatouiller les oreilles des nostalgiques) pour espérer grapiller de précieuses secondes.  Une fois maitrisée, la jouabilité du titre était exceptionnelle, très fine et le jeu à la fois beau et fluide.  A noter que j'aimais beaucoup aussi la façon dont la voix off disait "Sega Rally Championship" à l'écran titre. Enregistrements vocaux à l'appui pour comparer, on a d'ailleurs fait un concours avec cousin JP pour savoir lequel était le plus proche de l'original. En toute objectivité, j'étais le meilleur. :)

SENSIBLE WORLD OF SOCCER 

Support : Amiga 500 - Années : 1992-1994 - Genre: Foot

 

Que de souvenirs quand j'évoque les Sensible Soccer! Jeu de foot avec une vue du dessus et une maniabilité très dure à appréhender (le ballon ne collant pas au pied du joueur, c'est assez déroutant) (d'autant que je jouais au stick de l'Amiga 500), j'ai passé un nombre incalculable d'heures dessus quand j'étais enfant seul ou avec mes cousins. Il était possible de créer des équipes de A à Z donc je m'en donnais à coeur joie: j'avais fait l'équipe de ma famille, des stars de ciné, des légendes de l'OM, etc... J'y ai tellement joué que j'avais un très bon niveau. Nostalgiiiiie!

SHADOW OF THE COLOSSUS 

Support : PS4 - Année : 2018 - Genre: Plates-formes

 

Remake du jeu éponyme sorti en 2006 sur PS2, Shadow of the colossus est un jeu culte que j'ai découvert tardivement. On y incarne un jeune destrier qui doit vaincre seize colosses pours ressusciter sa bien-aimée. Et quand je dis colosses, je pèse mes mots, tant ces adversaires de taille sont majestueux et impressionnants. Le jeu est d'ailleurs unique et donne vraiment l'impression de parcourir une oeuvre d'art. Accompagnés d'une superbe musique, les panoramas somptueux et les combats épiques s'enchainent. La mélancolie et la poésie qui se qui se dégagent de Shadow of the colossus en font certainement une oeuvre à part.

SHENMUE 

Support: Dreamcast - Année: 2000 - Genre: Action/Aventure

 

LE jeu phare de la Dreamcast, le voici. Shenmue, qui prenait place sur 4 GD-roms,  vous met dans le peau de Ryô Hazuki, qui décide de venger la mort de son père, assassiné devant ses yeux par Chang Long. Si le scénario est très classique, le concept du jeu est beaucoup plus original et constitue presque un nouveau genre, subtil mélange d'exploration, de baston, de RPG et d'aventure. Dans une ville vivante, qui respecte les cycles jour/nuit, il faudra interroger les habitants, faire des quêtes annexes, trouver du travail. On pourra même jouer à des jeux Sega dans des bornes d'arcade. A noter également la création des QTE pour les connaisseurs. Une aventure révolutionnaire! 

SHINOBI III 

Support : Megadrive - Année : 1993 - Genre: Action

 

Quel bonheur de jouer avec Joe Musashi, le plus célèbre Shinobi! A coups d'attaques éclair, de lancers de surikens et de doubles sauts, notre ninja préféré est plus agile que jamais pour affronter le déferlement d'ennemis et de boss spectaculaires qui lui feront face tout au long de son aventure. Deux niveaux au gameplay un peu original et plutôt stylés viennent apporter un peu de variété à l'ensemble: un à dos de cheval et l'autre sur une planche de surf autopropulsée. Pour le reste, c'est de l'action non-stop, saupoudrée de phases de plates-formes dans des décors riches et sombres. Shinobi III est considéré comme le meilleur épisode de la série par beaucoup et comme un incontournable de la Megadrive.

THE SIMPSONS ROAD RAGE 

Support : PS2 - Année : 2001 - Genre: Arcade

 

Alors niveau inspiration, il ne faut pas chercher bien loin: The Simpsons: Road Rage est une repompe complète de Crazy Taxi avec l'habillage, vous l'avez compris, des Simpsons. Le principe est donc simple: à bord de votre véhicule, vous vous baladez dans la ville et devez trouver des clients pour les emmener où ils le souhaitent. La conduite est évidemment très arcade donc vous pouvez roulez n'importe où, n'importe comment pourvu que vous arriviez à temps à destination. Si l'enrobage Simpsons est un gros plus e n ce qui concerne l'univers, la véritable valeur ajoutée de ce titre par rapport à Crazy Taxi est son mode deux joueurs très amusant. Et comme j'étais plutôt bon à ce jeu, je me souviens que mes potes ne voulaient pas y jouer avec moi. ^^

SONIC (la série) 

Support : Megadrive - Années : 1991/94 -

Genre: Plate-formes

 

Sonic, le plus célèbre des hérissons et la mascotte de Sega, a connu de nombreuses adaptations vidéoludiques mais je n'ai joué qu'à ses itérations sur Megadrive, avec une préférence pour Sonic 2 et Sonic & Knuckles. Les quatre jeux ont en commun un monde coloré, un level-design de grande qualité et une fluidité exemplaire malgré la vitesse de Sonic (sa marque de fabrique). A partir de Sonic 2 (par ailleurs, jeu le plus vendu de la Megadrive), des nouveautés appréciables font leur apparition: l'arrivée de l'inévitable compère Tails, la transformation en Super Sonic et les niveaux spéciaux en 3D qui me fascinaient à l'époque. Bref, Sonic c'est de l'action à 100 à l'heure et c'est surtout parfaitement culte.

SOUL CALIBUR 

Supports: Dreamcast / PS3&4 - Années: 1999 à 2018 - Genre: Baston

 

J'ai toujours eu une préférence pour les jeux de baston qui se jouent sur un plan 2D (comme Street Fighter ou KoF) mais Soul Calibur (I & II) fut un gros coup de coeur à sa sortie. J'y ai passé beaucoup d'heures en duel avec mes amis,  conquis par la beauté des graphismes, le charisme des personnages, l'univers mediéval-fantasy, les coups spectaculaires et la possibilité amusante (ou frustrante en fonction d'où on se place) de battre son ennemi grâce au ring out. Assurément, Soul Calibur est un grand jeu de baston.

SPACE CHANNEL 5 

Support: Dreamcast - Années: 2000 - Genre: Rythme

 

Parmi les jeux ovni qui m'ont séduit figure Space Channel 5, un jeu de danse/rythme paru sur Dreamcast. Le principe est complètement WTF, on incarne la rafraichissante Ulala, reporter intergalactique, qui doit sauver des terriens pris en otage par des extra-terrestres en... faisant danser tout le monde. Oui, bon. Grâce à son univers déluré et ses animations réussies, Space Channel 5 réussit sa mission de divertir, avec un challenge plus compliqué qu'il n'en a l'air. A noter la présence surprise (mais pas illogique) de Michael Jackson dans le second opus.

SPEEDRUNNERS 

Support : PS4 - Année : 2016 - Genre: Course

 

Voilà un petit jeu indé qui ne paie pas de mine (comme souvent) et qui s'avère être une excellente surprise (comme plus souvent qu'on ne le pense) pour qu'on ait trois amis avec qui partager des parties en local ou en ligne. Quatre personnages se font la course et le premier qui arrive au bout de l'écran gagne une manche (3 manches gagnées pour remporter la partie). Évidemment, le jeu demande de la dextérité et de nombreux items (grappins, roquette, mine,...) seront là pour pimenter la course. Intense et fun, SpeedRunners promet de bonnes parties de rigolade.

MARVEL'S SPIDER-MAN 

Support : PS4 - Année : 2018 - Genre: Action

 

Quel pied d'incarner Spider-man dans ce jeu signé Insomniac ! Ce sentiment de liberté et de puissance est tel qu'on a envie de parcourir Manhattan (très vivant et bien modélisé, au passage) de fond en comble pour réaliser toutes les missions annexes et se sentir dans la peau du super-héros allant à la rescousse de la veuve et l'orphelin. Grâce à un gameplay parfaitement calibré, une fluidité à toute épreuve et des déplacements grisants à coups de toile à travers la ville, Spider-man propose un véritable plaisir addictif au joueur tout au long de cette aventure qui plus est bien scénarisée et doublée.  Un super jeu de super-héros donc.

SSX 3 

Support : PS2 - Année : 2003 - Genre: Surf

 

Il fallait bien tout le savoir-faire d'EA Big pour créer un jeu de glisse aussi fun. SSX 3 est un condensé de tout ce qu'il faut pour prendre son pied sur une planche de surf numérique : en premier lieu, des graphismes très réussis, colorés, avec une vitesse d'affichage impressionnante, des conditions météorologiques qui évoluent et une animation de très bonne facture. Ensuite, la maniabilité et les animations ne sont pas en reste, avec des tricks facilement réalisables et surtout spectaculaires. Enfin l'ambiance est top avec des voix françaises et des grands noms de la musique. A noter également le contenu gargantuesque du titre avec de très nombreux circuits, sans compter la possibilité de faire du hors-piste et de rider pendant de longues minutes, parfois même poursuivi par une avalanche. Du tout bon!

STREET FIGHTER (la série) 

Supports: Tous supports - Années: 

 

Depuis que j'ai découvert, des étoiles plein les yeux, le premier Street Fighter II sur Amiga 500, j'ai joué à absolument toutes les itérations sorties à ce jour du plus célèbre jeu de baston (tous les Street Fighter II, Alpha, III, EX, IV, V et les cross-overs). Street Fighter, c'est la série qui m'a donné le virus du jeu de combat et avec laquelle j'ai grandi. Je suis donc un incollable, je connais chacun des personnages, chacun des coups spéciaux. Mais je ne suis pas le seul à avoir été marqué par Street Fighter, plusieurs personnages (surtout les 12 présents dans le Street Fighter II originel) et coups spéciaux (les légendaires "Hadoken!" et "Shoryuken!") font partie de la culture populaire. Ce que j'adore dans les jeux de combat 2D, c'est qu'il sont à la fois techniques (il faut savoir maitriser son personnage) et tactiques (il faut connaitre le jeu de son adversaire et s'adapter pour vaincre) et avec Street, c'est que du bonheur!

Pour moi, Street Fighter, c'est mythique.

STREETS OF RAGE 2 

Support : Megadrive - Année : 1992 - Genre: Beat'em all

 

Un monument. Toutes les personnes ayant croisé la route de Streets of rage 2 étant enfants ou adolescents en parlent encore avec émotion. Pour faire clair, il s'agit du meilleur beat'em all de tous les temps. Les trois Streets of rage sont très bons mais c'est le second opus qui est le plus réussi. Ils ont en commun une ambiance unique, des musiques géniales, des graphismes très réussis pour l'époque et la possibilité de jouer en coopération (il était même possible de réaliser des attaques à deux). Quel plaisir de contrôler Axel, Blaze, Max ou Skate (chacun ayant ses propres caractéristiques) et d'enchainer les mandales et coups spéciaux sur la pègre locale. Et quand les poings ne suffisent pas, on peut toujours ramasser les armes de nos victimes et les utiliser contre les prochains assaillants. J'ai dû finir le jeu 1200 fois. Un monument je vous dis.

SUPERHOT 

Support : PS4 - Année : 2017 - Genre: FPS

 

Quand on apprécie, comme moi, les expériences de jeu inédites, on ne peut qu'être interpellé par ce SUPERHOT, au style graphique polygonal et quasi monochrome et qui propose un gameplay réellement innovant. En effet, ce FPS a pour particularité de faire avancer l'action uniquement quand on se déplace. C'est-à-dire que lorsque notre personnage est immobile, tout l'univers qui l'entoure (adversaires compris) est figé, ce qui permet d'étudier une stratégie pour se sortir au mieux des nombreuses embuscades. Il est d'ailleurs plaisant d'admirer ensuite le replay du niveau à vitesse réelle. Même si SUPERHOT se finit assez rapidement, il reste une proposition jouissive (avec de nombreuses armes à disposition) et unique en son genre qu'il serait dommage de bouder.

SUPER MARIO BROS 1, 2 & 3 / DUCK HUNT 

Support : NES - Année : 1987-1991 -

Genre: Plates-formes / Shoot

 

Je reconnais que c'est dommage de regrouper Duck Hunt et les trois premiers Super Mario Bros qui sont des monuments du jeu de plates-formes. Mais puisque la cartouche de mon premier jeu NES (et donc de mon premier jeu vidéo tout court) comprenait le premier Mario ET Duck Hunt, on me pardonnera ce raccourci nostalgique. Si le dernier cité a pour lui l'originalité de pouvoir utiliser un pistolet livré avec la console et de proposer une expérience unique en son temps, il reste forcément redondant mais tout de même amusant. Quant aux Mario, ils ont tout simplement contribué à populariser le jeu vidéo, en créant un standard de qualité pour les jeux de plates-formes. Des merveilles de game design. Comme dit (approximativement) le dicton: souvent copié mais rarement égalé. 

SUPER MARIO 64 

Support : Nintendo 64 - Année : 1997 - Genre: Plates-formes

 

Le savoir-faire de Nintendo en matière de jeux de plates-formes n'est plus à démontrer et chacune des nouvelles itérations de Mario est un modèle du genre. Mais Super Mario 64 reste un des meilleurs jeux de plates-formes de tous les temps. Révolutionnaire en son temps avec l'apparition de la 3D, jouabilité exemplaire, aventure variée et plaisante de bout en bout: une référence.

TEMPLE RUN 2 

Support : iOS - Année : 2013 - Genre: Runner

 

Unique jeu mobile présent dans la liste (et pour cause, c'est le seul auquel j'ai joué plus de 20 minutes) (exception faite pour le Snake sur Nokia 3310), Temple Run 2 (et même un peu le premier du nom) m'a fait chauffer le téléphone plus que de raison à sa sortie. Avec son principe tout simple (notre personnage court non stop et on doit swiper sur les côtés ou en hauteur pour choisir un chemin ou éviter les obstacles qui s'enchainent de plus en plus vite), Temple Run 2 est le jeu idéal pour une petite partie rapide aux toilettes ou en attendant quelqu'un. Il est en plus plutôt agréable graphiquement. Ce qui est très curieux, c'est que ce genre de jeux est surtout très frustrant et il n'est pas rare de crier de rage quand on perd bêtement après de longues minutes de course. Mais l'appétit du scoring, le besoin de se dépasser et de battre son propre record est trop attrayant et on y replonge facilement.

THEME PARK 

Support: Saturn - Année: 1994 - Genre: Gestion

 

A part des simulations de management de foot comme The Manager ou Football Manager, je n'ai pas souvenir d'avoir joué à des jeux de gestion. Ou du moins, aucun qui m'ait marqué durablement comme a pu le faire Theme Park.  Le concept du jeu est jubilatoire, et très différent de ce à quoi j'avais l'habitude de jouer, puisqu'il nous met dans la peau d'un manager qui doit construire , à partir d'un terrain vierge et d'une bourse prédéfinie, un parc d'attractions rentable. Il faudra donc investir dans des attractions spectaculaires qui attirent les clients mais aussi savoir bien disposer ses boutiques et restaurants, en trouvant le juste prix. Car il est possible de connaitre l'avis des clients et si ils sont mécontents, cela peut faire mauvaise presse et la fréquentation s'en trouverait touchée. Theme Park a une identité visuelle propre très séduisante et n'est pas dénué d'humour. Le cynisme de la gestion est d'ailleurs bien présent (et même ludique): saler les frites un peu plus que la normale permet par exemple d'envoyer plus facilement le chaland à la buvette. Imparable. Et j'en ai créé quelques uns des pars en co-gestion avec mon cousin JP. Passionnant.

TOMB RAIDER 

Support: Saturn - Année: 1996 - Genre: Action

 

Si il y a bien un jeu qui a fait parler de lui au milieu des années 90, c'est bien Tomb Raider. Eidos a été très inspiré de changer les codes en confiant le rôle de héros de jeu d'action à une héroïne qu'on ne présente plus: Lara Croft. Femme forte, solitaire mais quand même sexy, cette dernière est devenue une icône vidéoludique, et même plus que ça puisqu'elle est intégrée dans la culture pop et a même vu ses aventures adaptées en de (mauvais) films. Mais Tomb Raider, c'est surtout un jeu d'action-aventure teinté de plates-formes, le tout à la 3ème personne, qui a su donner ses lettres de noblesse au genre. A sa sortie, le fait de pouvoir se déplacer librement dans ces décors 3D et de mêler habilement gunfights, énigmes et pièges à éviter dans des phases de plates-formes a fait l'effet d'une bmbe dans le monde du jeu-vidéo. De plus, il fallait un petit temps d'adaptation à la jouabilité et la difficulté était au rendez-vous, le challenge était donc coriace. Je me rappelle avoir été marqué par l'animation du saut de l'ange donc dès qu'il y avait un point d'eau et un peu de hauteur, je faisais plonger Lara. :)

TONY HAWK'S PRO SKATER 2 

Support : Dreamcast - Année : 1999 - Genre: Skate

 

N'étant pas un amateur de skate, je ne pensais pas m'amuser autant sur ce Tony Hawk's Pro Skater 2. Grâce à une maniabilité intuitive et une technique tout à fait satisfaisante, on prend plaisir à enchainer les 360, les grinds, les rock'n roll et autres figures sur les terrains de jeu proposés (il y a même un éditeur de niveau bien complet pour créer le skatepark de ses rêves). Le fait qu'il y ait un décompte de timing pour rentrer un certain nombre de points liés à la réussite et la difficultés des figures effectuées donnait encore plus de piment au titre.

TOP SPIN 4 

Support : PS3 - Année : 2011 - Genre: Tennis

 

Top Spin 4, c'est tout simplement la meilleure simulation de tennis à laquelle il m'ait été donné de jouer. Contrairement à l'excellent Virtua Tennis de Sega qui se veut beaucoup plus arcade, Top Spin a une approche très réaliste, avec de superbes animations, une gestion de la fatigue et un gameplay aussi riche qu'intuitif, faisant la part belle aux tacticiens. Et comme j'adore les jeux dans lesquels il faut trouver la faille chez l'adversaire, celui-ci ne pouvait que me séduire. Jeu, set et match !

TRUE LIES 

Support : Megadrive - Année : 1995 - Genre: Action

 

Adaptation du film homonyme de James Cameron (lui-même remake du film français La Totale de Claude Zidi), True Lies est un jeu d'action avec une vue du dessus. Ici, pas de subtilités particulières (si ce n'est quelques bons mots de temps à autres), l'objectif est d'éliminer tous les ennemis à l'écran à l'aide du pistolet, du uzi, du fusil à pompe, de grenades ou plus tard du lance-flammes. Le décor peut servir pour se protéger des tirs ennemis qui sont nombreux, à moins qu'une roulade bien sentie ne fasse l'affaire. Attention toutefois à ne pas toucher trop de civils pendant le carnage, cela pourrait amener à un game over. A noter que le jeu est assez fidèle à la construction du film et reprend certaines scènes marquantes (comme la poursuite dans la neige avec les ennemis en ski ou sur motoneige). S'il n'est pas inoubliable, True Lies reste un très honnête jeu d'action bien défoulant.

TUROK: DINOSAUR HUNTER 

Support : Nintendo 64 - Année : 1997 - Genre: FPS

 

Même si il n'était pas exempt de défauts (un brouillard beaucoup trop présent, une jouabilité étrange et une difficulté vraiment corsée), Turok reste un excellent souvenir et avait marqué les esprits à l'époque de sa sortie notamment grâce à son ambiance et son bestiaire en 3D. S'il souffre de la comparaison avec le mythique Goldeneye, il n'en reste pas moins un classique de la Nintendo 64.

TWISTED METAL 2 

Support : PS1 - Année : 1997 - Genre: Action

 

Twisted Metal 2 est le seul jeu Playstation 1 de ma liste (beaucoup d'autres sont sortis sur la console mais je ne les ai pas essayés dessus) et a une place particulière dans ma mémoire. En effet, quand j'étais au collège, après les cours, j'allais avec mon ami Marc dans un magasin de jeux vidéo qui avaient des consoles à disposition et louait des jeux à l'heure. Et invariablement, on jouait à Twisted Metal. Le jeu n'était pas particulièrement beau mais on s'amusait beaucoup à se battre dans une ambiance bourrine avec ces véhicules suréquipés. Et on revenait souvent dans l'arène de Paris, dans laquelle il était possible de casser la Tour Eiffel et de rouler dessus.

UNCHARTED (La série) 

Supports: PS3 et PS4 - Années: 2007-2016 - Genre : Action

 

Ah la saga Uncharted, je l'aime d'amour! Avec une préférence pour les épisodes 2 et 4, qui sont de véritables cadeaux du ciel. Tout est (très) (très) bon dans les Uncharted : une mise en scène de dingue, des graphismes à tomber, une jouabilité aux petits oignons, un héros (Nathan Drake pour ne pas le nommer) drôle et attachant, quelques seconds rôles intéressants, un spectacle de tous les instants, un plaisir de jeu immense, un équilibre action / plates-formes / énigmes parfaitement maitrisé, bref c'est l'aventure avec un grand A. Et histoire de bien achever la concurrence, les softs proposent (à partir du 2) un surprenant mode multijoueurs très amusant et addictif, sur lequel j'ai passé de nombreuses heures en ligne avec Pierre-Yves. Anthologique.

URBAN STRIKE 

Support: Megadrive - Année: 1994 - Genre: Action

 

Après Desert Strike et Jungle Strike, voici le troisième (et dernier) volet de cette série d'action au contrôle d'un hélicoptère sur Megadrive. Rien de bien neuf par rapport aux anciens volet, si ce n'est des phases à pied (sans grand intérêt), des véhicules inédits (comme la moto ou le blindé) et un nouveau cadre: la ville (bien que le jeu débute dans la jungle). Sinon, vous pilotez toujours un hélicoptère bien armé et devez remplir différentes missions (éliminer des cibles, secourir des prisonniers, détruire des éléments précis,...) dans des décors en 3D isométrique tout en gardant un oeil sur votre carburant, vos munitions et votre blindage. Si Urban Strike est un jeu est plutôt complexe (il faut notamment un peu de temps pour appréhender la maniabilité assez spéciale), il n'en reste pas moins différent de ce que l'on a l'habitude de voir dans les productions vidéoludiques. Prenant et difficile, on tient là un très bon shoot'em up.

VIEWTIFUL JOE 

Support : PS2/Gamecube - Année : 2003 - Genre: Action

 

Véritable surprise graphique et ludique, Viewtiful Joe, nouvelle licence signée Capcom, a été accueilli comme une bouffée d'air frais par les amateurs de beat'em all et même par le petit monde du jeu vidéo. Grâce à son cel-shading et plus globalement sa direction artistique unique (avec un grain donnant vraiment l'impression d'être dans une pellicule), son univers déjanté (mélange de film de super-héros, de comics et de série type Bioman) et son scénario parodique, Viewtiful Joe avait de quoi retenir l'attention dès les premiers instants. Heureusement, la partie visuelle n'est pas le seul intérêt du soft, loin de là. Le gameplay est un autre de ses points forts, tant il est amusant d'enchainer les combos et autres coups spéciaux (avec l'aide possible de ralentis ou accélérations du temps) sur des ennemis loufoques. Avec ce Joe, life is viewtiful!

VIRTUAL ON 

Support : Saturn - Année : 1995 - Genre: Baston/Action

 

Les combats de gros robots sont beaucoup moins populaires en occident qu'au Japon. Moi-même, je n'ai jamais accroché à ces grosses machines, probablement pour un problème d'identification. Et pourtant, avec l'adaptation du jeu d'arcade Virtual On sur Saturn, j'ai passé de bons moments. Malgré un contenu un peu maigre (peu de combattants disponibles, peu de coups différents) et donc une certaine répétitivité, le soft est très plaisant. Son originalité (faire combattre des gros méchas n'arrive pas tous les jours) (d'autant que la vue à la troisième personne est de rigueur, permettant par exemple de se cacher derrière des éléments du décor), son ambiance très japonaise et colorée et ses musiques pêchues confèrent à Virtual On une expérience de combat atypique.

VIRTUA TENNIS 1 & 2

Support: Dreamcast - Année: 1999/2001 - Genre: Tennis

 

La Dreamcast avait vraiment tout de la console fun, proposant dans son catalogue un tas de jeux arcade et très amusants. Virtua Tennis (et encore plus sa suite) rentrait parfaitement dans cette catégorie. Véritable référence du jeu de tennis (et plus accessible qu'un Top Spin), Virtua Tennis doit son succès à un gameplay parfait, à la fois accessible mais permettant une grosse marge de progression et une technique sans faille. Les 16 joueurs proposés dans VT2 (8 hommes, 8 femmes) sont classés en catégories (Fast runner, Hard hitter,...), chacun pouvant trouver un style qui lui correspond. Et je me suis éclaté en fond de court à pousser mon adversaire à la faute. 

WARIO WARE 

Support: GameCube - Année: 2004 - Genre: Party game

 

Moi qui suis complètement friand de petits jeux débiles, je ne pouvais que succomber au charme (ce n'est pas le bon mot, c'est extrêmement laid) de Wario Ware. Concrètement, le concept est aussi simple qu'original: on enchaine des séries de vingt mini-jeux (dont certains reprennent des passages de classiques de jeux Nintendo) qui durent trois secondes chacun et durant lesquels il fois à la fois comprendre ce qu'il faut faire et l'exécuter (avec un nombre de vies limité). Ce qui s'avère très drôle puisque les épreuves sont aussi simples que débiles (mettre un doigt dans le nez, laver des dents sales,...) mais avec le rythme imposé, ce n'est pas toujours aussi aisé que ça ne peut paraitre. Comme je le disais, le jeu est vraiment moche mais ça contribue à l'univers complètement loufoque du titre, que seuls les Japonais auraient pu créer. Aussi osé que basique, aussi novateur qu'euphorique, Wario Ware est avant tout un jeu hilarant.

THE WARRIORS 

Support : PS2 - Année : 2005 - Genre: Beat'em all

 

Depuis le mythique Streets of Rage 2 sur Megadrive (1992 quand même), le genre du beat'em all coopératif à l'ancienne est quelque peu passé aux oubliettes. Adapté du film The Warriors - Les Guerriers de la Nuit (Walter Hill, 1979), ce jeu de Rockstar remplit très bien son rôle (sans arriver au niveau du maître bien sûr). Dans un univers sombre fidèle à celui du film, on incarne plusieurs membres du gang des Warriors, dont le tout nouveau, Rembrandt, futur as du tag, qui devra prouver sa valeur. Et pour ça, il ne faut pas chercher midi à quatorze heures: il faut imposer le respect en tapant sur les autres gangs. Pas très intelligent mais jouissif manette en main. Grâce à un grand nombre de mouvements (dont des prises à deux), une ambiance glauque et la violence des impacts, The Warriors réussit dans sa mission: on s'éclate en éclatant des tronches! 

WCW vs NWO: REVENGE 

Support : Nintendo 64 - Année: 1998 - Genre: Catch

 

Avec WCW vs NWO World Tour puis Revenge, THQ trouvait une formule parfaite pour le jeu de catch. Avec un gameplay très plaisant mais aussi riche, il y avait de quoi bien s'amuser avec les amis. Et croyez-moi, on ne s'en est pas privés. La formule a d'ailleurs été réutilisée (encore une fois avec succès) avec Def Jam Vendetta quelques années plus tard. 

WORLD CUP 

Support : NES - Année : 1990 - Genre: Foot

 

Si le titre de Nintendo est très classique, au même titre que la jaquette, il n'en est rien en ce qui concerne le jeu en lui-même. Alors, certes, deux équipes s'affrontent et la formation gagnante sera celle qui aura marqué le plus de buts mais voilà le seul point commun avec une simulation de football. Pour le reste, c'est de l'arcade à l'état pur: seulement six joueurs par équipe, aucun arbitre (et ça se fait sentir puisqu'aucune faute n'est sifflée), des tacles assassins, des coups d'épaule (lorsqu'un joueur subit trop de coups, il peut d'ailleurs tomber dans le coma jusqu'à la fin du match sans être remplacé), des terrains variés (un avec des cailloux par exemple, qui font trébucher ou sauter les joueurs, ou un autre verglacé qui permet de faire des longs tacles) et enfin des super tirs qui peuvent traverser le terrain et emporter tout sur leur passage. Bref, c'est du n'importe quoi mais c'était très amusant. 

WORLDWIDE SOCCER '97 

Support : Saturn - Année : 1996 - Genre: Foot

 

Dans le milieu des années 90, Sega frappe très fort avec la sortie d'une nouvelle licence de foot qui écrase instantanément toute la concurrence: Worldwide Soccer 97. Pas de clubs dans cette édition (sa suite en proposera quelques uns), juste des sélections nationales mais qu'importe puisque le plaisir de jeu est total. Après un petit temps d'adaptation à la vue et au rythme assez lent (mais qui permet au final de mieux construire ses actions), on s'éclate à diriger son équipe, grâce à une jouabilité intuitive et une palette de mouvements très complète, le tout enrobé par des graphismes très flatteurs en 1996 (bon, forcément, aujourd'hui, la 3D a pris un sacré coup). Etant un fan de ballon rond, je me suis éclaté sur ce titre, qui était l'un des plus sérieux arguments de la Saturn face à l'émergence de la nouvelle venue dans le monde du jeu vidéo, une certaine Playstation.

WWE SMACKDOWN! SHUT YOUR MOUTH

WWE SMACKDOWN! HERE COMES THE PAIN

WWE SMACKDOWN vs RAW  

Support: PS2 - Années: 2002-2003-2004 - Genre: Catch

 

La série des Smackdown! sur PS2 (j'adore le titre Shut your mouth que je trouve complètement WTF au passage) est une bénédiction pour les amoureux de catch. Hyper complets en terme de contenu (de très nombreux catcheurs et modes de jeu), possédant un gameplay riche et plaisant (beaucoup de prises et de moyens d'estropier son opposant), avec des graphismes qui tiennent la route et une ambiance fidèle (avec notamment les entrées sur le ring propres à chaque catcheur, musiques originales incluses), on peut dire que THQ ne se moque pas du joueur et lui propose même la simulation ultime de catch. Cerise sur le gâteau : un mode création. Il est donc possible de créer son catcheur de A à Z, que ce soit au niveau de la physionomie, de la palette de prises (énorme) à son intro. Quand chacun de ses amis a son propre catcheur, c'est que du bonheur de s'affronter. Et je peux vous dire que mes TS4U (Too Strong For You) et The Bouncer ont fait mal! :-p

WWF WRESTLEMANIA : THE ARCADE GAME 

Support: Saturn - Année: 1995 - Genre: Catch

 

Dans une période de mon adolescence où j'étais un grand fan de catch (je suivais avec délectation les shows sur Canal +), retrouver mes catcheurs préférés (The Undertaker, Shawn Michaels, Razor Ramon, Bret Hart, Lex Luger, Yokozuna, Doink the clown et Bam Bam Bigelow - rien que d'énumérer ces noms me donne le sourire) parfaitement digitalisés dans un jeu d'arcade complètement délirant était un immense bonheur. En effet, les légendes du catch possédaient chacune des coups spéciaux irréalistes qui donnaient au soft une saveur de mélange entre catch et jeu de baston. L'ambiance de ce show sportif ultra populaire aux Etats-Unis est très bien retranscrite, notamment grâce au parti pris réaliste choisi par Acclaim avec ses digitalisations des personnages très réussies et un univers sonore approprié. En bref, il s'agissait là d'un divertissement complètement réjouissant, qui était un prolongement bienvenu des shows TV que je suivais le week-end.

X-MEN 2: CLONE WARS 

Support: Megadrive - Année: 1995 - Genre: Action

 

Les X-Men ont toujours eu une place privilégiée dans mon coeur. Sans que je sache trop définir pourquoi, parmi tous les univers de super-héros, ils ont toujours été mes préférés. Mais une excellente licence ne fait pas forcément un bon jeu. Sauf que dans ce cas précis, c'est une pure réussite. Le jeu démarre d'ailleurs de façon très originale: à peine la cartouche insérée, on est plongé dans le premier niveau, attaqué par un ennemi. Direct dans le bain! Autre point positif, il est possible de changer de personnage entre chaque niveau afin d'exploiter au mieux les capacité de chacun.  Il est donc possible d'appréhender chaque passage de plusieurs façons différentes, ce qui hausse la durée de vie. Et puis quel plaisir de jouer avec tous ces personnages que j'adore (Wolverine, Cyclope, Gambit, Psylocke, Nightcrawler ou Le Fauve) et leurs pouvoirs respectifs ! D'autant que le jeu est beau et le challenge bien présent. Du tout bon !

YAKUZA 

Support: PS2 - Année: 2006 - Genre: Action

 

Yakuza, c'est un peu une version plus violente et moderne (mais moins profonde) de Shenmue. Dans un Tokyo déchiré par les luttes de gang, le jeu nous fait plonger dans l'univers impitoyable des yakuzas, où la violence et la criminalité sont monnaie courante. Vous incarnez Kiryû Kazuma, dit le "Dragon de Dojima", sorti après dix années en prison et devant reprendre ses marques au sein de la mafia tokyoïte. Si la liberté n'est au final pas tant que ça au rendez-vous, le jeu propose tout de même pas mal de variété, avec quelques mini-jeux (comme le baseball) ou le fait de pouvoir se détendre dans un bar à hôtesses. Mais outre la progression dans le scénario, qui se trouve être plutôt mature et intéressant, le plus grand intérêt de Yakuza repose dans ses combats. Ces derniers sont bien gérés, violents à souhait (on peut même utiliser des accessoires ou le décor pour mieux estropier ses agresseurs) et l'évolution des capacités de notre héros (assez charismatique au passage) est intéressante. Brutal!