CES PIÈCES DE THÉÂTRE

Voici quelques-unes de mes pièces de théâtre "coup de coeur" de ces dernières années. 

Évidemment, je n'ai pas mis celles dans lesquelles je joue ni celles des copains (pour éviter toute polémique). :)

20000 LIEUX SOUS LES MERS

 

Rolala, quelle pièce mes amis ! Servie par une scénographie exceptionnelle, à la fois originale, surprenante et onirique, cette adaptation du chef d'oeuvre de Jules Verne est une totale réussite. On en prend ainsi plein les yeux, notamment grâce à l'utilisation maline et spectaculaire de marionnettes de la faune marine. Il n'est donc pas surprenant d'apprendre que le spectacle a remporté le Molière de la meilleure création visuelle en 2016 (oui, déjà).  Pour ne rien gâcher, les comédiens sont bons, et la pièce est parfois amusante. Vous l'aurez compris, je vous recommande vivement de plonger à 20 000 lieues sous les mers dans le Nautilus et son équipage car c'est le genre de spectacle qui en met plein les yeux et dont on sort le sourire aux lèvres.

LES SECRETS DE LA MÉDUSE

 

Étant un grand amateur du tableau Le radeau de la Méduse de Théodore Géricault (je peux même dire que c'est probablement mon tableau préféré depuis que je suis petit) (une fascination que je ne m'explique pas), c'est donc avec curiosité et excitation que j'ai découvert ce seul en scène au théâtre de la Huchette. Deux points indispensables qui m'ont rassuré d'emblée : c'est (très) bien écrit et (très) bien joué, on est ainsi complètement embarqué dans cette succession d'évènements qui conduisirent à ce naufrage. L'excellent comédien peint avec conviction la terrible nature humaine et interprète avec talent de nombreux personnages en plus du narrateur que nous suivons dans cette aventure horrifique. Un excellent moment passé sur le radeau donc, aussi captivant qu'intéressant, et qui rend parfaitement hommage au chef-d'oeuvre de Géricault.

LES GROS PATINENT BIEN

 

Alors là, on tient un OVNI théâtral de haute qualité ! Le genre de cette pièce est "cabaret en carton" et c'est très bien trouvé. Les gros patinent bien, c'est compliqué à expliquer, ça se vit. Deux comédiens sur scène et une multitude de cartons qui servent à chaque seconde pour la mise en scène. Cette pièce, bourrée d'énergie et de bonnes idées, est aussi atypique que rafraichissante, aussi déjantée que créative. La mise en scène ne cesse de nous surprendre avec une multitude de bonne idées et une utilisation brillante des cartons. Ça part dans tous les sens mais la chorégraphie est parfaitement huilée et les comédiens livrent une sacrée performance physique. Bref, Les gros patinent bien, c'est hilarant, étonnant, jubilatoire et c'est tout sauf une surprise que la pièce soit un véritable... carton !

GRETEL, HANSEL ET LES AUTRES

 

Vous le savez, je joue dans la pièce Gretel & Hansel, mise en scène par mon amie Aude. Quand cette dernière me propose d'aller au théâtre de la Colline découvrir Gretel, Hansel et les autres, une pièce jeune public qui n'a rien à voir avec la nôtre (mais un peu quand même, forcément), la curiosité est trop forte. Nous voilà donc mêlés à des groupes de scolaires (des enfants qui nous ont déjà vu jouer nous reconnaissent d'ailleurs) (petit moment de fierté) pour découvrir cette très belle création. Sur une belle scène, avec un budget certainement confortable et de chouettes idées de scénographie, on est sortis de la salle des étoiles plein les yeux, grâce à un joli texte, une mise en scène inventive, de bons comédiens et un univers plein de poésie. Des spectacles comme ça, on en redemande !

NO LIMIT

 

Quel plaisir ! Étant un grand amateur d'absurde, cette comédie burlesque lorgnant du côté des Monty Pythons ou des films "Y a t-il un flic..." ne pouvait que retenir mon attention. Et là où cela peut rapidement devenir casse-gueule (notamment au théâtre où ce genre d'humour est relativement peu présent), No limit s'en sort avec brio. Robin Goupil a réussi à créer une pièce hilarante qui part dans tous les sens, avec des personnages hauts en couleurs (mention spéciale pour le président dyslexique, grosse performance d'acteur), des gags à la pelle et un rythme élevé. C'est bien simple, on ne s'ennuie pas une minute et, à condition d'être sensible à l'humour potache, on s'amuse du début à la fin. Pour ma part, vous l'aurez compris, je suis entré dans le délire et j'ai adoré le côté loufoque et déjanté.

TÉLÉPHONE-MOI

 

Comme l'indique son pitch officiel, Téléphone-moi est une fresque familiale qui traverse le siècle. Tout s’y déroule dans des cabines téléphoniques, l’amour et la violence. C’est là qu’éclate la vérité et que s’échafaudent les mensonges, là que tout prend vie et que l’on meurt aussi. Outre sa très belle affiche, Téléphone-moi ne manque pas de grandes qualités : tout d'abord, une mise en scène (et en lumières) de haute volée. Trois cabines téléphoniques (de trois générations différentes) occupent la scène et permettent de créer trois époques, trois univers et donc trois histoires côte à côte. Brillant. Le texte de Jean-Christophe Dollé et le jeu des comédiens ne sont pas en reste et permettent ainsi de traverser cette fresque familiale en passant par diverses émotions, on est tour à tour amusé, attendri, touché. Une très belle pièce.

 

 

 

LA COURSE DES GÉANTS

 

1960, Chicago. Passionné d’astronomie, le jeune Jack Mancini partage sa vie entre les services à la pizzeria, les nuits en garde à vue pour comportement violent et une mère irresponsable. Lorsqu’un professeur en psychologie détecte ses facultés hors-normes et lui offre une place dans la NASA, sa vie bascule. Voilà pour le pitch de La course des géants, nouvelle pièce de Mélody Mourey, dont j'avais adoré la création précédente, Les crapauds fous. C'est donc avec un a priori positif (et en même temps une légère crainte d'être déçu) que j'ai découvert ce destin incroyable de Jack Mancini. Et les éventuels doutes ont été rapidement balayés, je me suis régalé devant cette pièce spectaculaire, à la mise en scène fluide et dynamique, justement récompensée par trois nominations et une récompense (meilleur second rôle masculin pour l'excellent Nicolas Lumbreras) aux Molière 2022. Du théâtre comme je l'aime, quoi !

 

 

UNE HISTOIRE D'AMOUR

 

Chaque fois que je vais voir une pièce de théâtre d'Alexis Michalik, j'en ressors avec des étoiles dans les yeux. C'était donc avec un plaisir non dissimulé que je suis allé découvrir sa dernière création: Une histoire d'amour. Et il n'y a pas à dire, l'homme a du talent. Il sait écrire des histoires qui touchent profondément et provoquent des émotions aussi diverses que les rires et les larmes à quelques minutes d'intervalle. Le tout avec une mise en scène bien huilée, avec des changements à vue et des comédiens qui jouent plusieurs personnages (il utilise la même recette pour chacune de ses pièces et cela fait mouche à tous les coups). C'est donc, une nouvelle fois, une superbe réussite. Il y a beaucoup de sensibilité et d'humanité dans cette histoire d'amour et je vous recommande chaleureusement d'aller voir cette pièce, ainsi que toutes les autres du même auteur/metteur en scène.

 

 

LES CRAPAUDS FOUS

 

Les crapauds fous. Sous ce titre intrigant se cache une pépite de pièce de théâtre. Ecrite et mise en scène par Mélody Mourey, cette comédie d'aventure inspirée d'une histoire vraie a très justement reçu 3 nominations aux Molières: Meilleur spectacle, meilleure auteure et meilleure mise en scène. La pièce conte l'histoire vraie de médecins polonais qui, durant la seconde guerre mondiale, sauvèrent des milliers de vie en organisant une supercherie. Mêlant habilement humour et émotions, mélangeant passé et présent, Les crapauds fous est une pièce vive, portée par une mise en scène fluide et inventive. Bref, un excellent moment que je vous recommande.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LES FAUX BRITISH

 

Et puisque le papa n'est pas souvent à Paris, on en profite pour l'emmener au théâtre. Je choisis, à l'intuition, Les faux British, molière de la comédie 2016 (le mec qui prend pas trop de risques niveau intuition), qui cartonne depuis quelques temps au théâtre Saint-Georges. Le résultat est une comédie ovni, extrêmement loufoque et absurde, une sorte de rencontre improbable entre Agatha Christie et les Monty Pythons. Je pense que pas tout le monde n'accrocherait à ce type d'humour très décalé, pour ma part j'ai beaucoup apprécié (et même ri à plusieurs reprises). Quelques gags légèrement redondants ne viennent pas ternir l'impression générale, la pièce remplit parfaitement son office, à savoir nous divertir, c'est excessif, barré, british, bref c'est très bon.

 

 

 

 

 

 

 

EDMOND

 

Après les exceptionnels Le Porteur d'Histoire et Le Cercle des Illusionnistes, Alexis Michalik frappe à nouveau très fort avec une nouvelle pièce de tout premier ordre, Edmond (qui narre la création et la première de Cyrano de Bergerac) bien écrite et bien jouée, souvent drôle et, comme toujours, superbement mise en scène (on reconnait bien la patte de Michalik). Sans compter que le théâtre du Palais-Royal, magnifique, ajoute un peu plus de charme à une pièce qui n'en manquait déjà pas. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DERNIER COUP DE CISEAUX

 

Cela faisait un moment que cette pièce attisait ma curiosité, je l'ai enfin vue. Molière de la meilleure comédie en 2014, Dernier coup de ciseaux propose un concept original: une première partie sous forme de comédie efficace puis un meurtre. La deuxième partie est donc une enquête dans laquelle le public a son mot à dire et peut intervenir et interroger les suspects (il y a même, à l'entracte, la possibilité de discuter avec le policier en charge de l'enquête). Une pièce qui sort donc de l'ordinaire et drôle de bout en bout que je recommande.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LE PORTEUR D'HISTOIRE

 

Après avoir entendu durant de longs mois beaucoup d'excellents retours sur Le Porteur d'Histoire d'Alexis Michalik (dont j'avais vu R&J, l'intéressante adaptation de Roméo et Juliette au festival off d'Avignon), j'arrive enfin à me trouver un créneau pour assister à une représentation dans la (petite) salle de la Comédie des Champs-Élysées.

Alors si, comme souvent quand on entend que des critiques dithyrambiques, je m'attendais à être plus impressionné, la pièce reste très efficace, bien interprétée et porte la patte (douée) de son metteur en scène. Nous assistons dans un décor minimaliste à un très beau récit dans lequel les personnages et les époques s'entremêlent avec brio.  Au final, il s'agit d'une pièce contemporaine de grande qualité, au succès mérité et un metteur en scène dont on n'a pas fini d'entendre parler...